Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

Cinquième nuit de violences dans les banlieues défavorisées de Stockholm

© AFP

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/05/2013

Plusieurs villes populaires de la banlieue de Stockholm ont été le théâtre de nouvelles violences, pour la cinquième nuit consécutives. Des voitures ont été brûlées, deux écoles et un commissariat ont été ciblés par des tentatives d'incendie.

Plusieurs villes de la banlieue déshéritée de Stockholm s’embrasent pour la cinquième nuit consécutive. Dans la nuit de jeudi à vendredi, au moins neuf véhicules ont été incendiés, deux écoles et un commissariat ont été endommagés.

Entre 300 et 500 personnes étaient, selon la police, rassemblées autour des véhicules en flammes. Les forces de l’ordre ont par ailleurs rapporté avoir été la cible de projectiles à Sodertaelje, dans le sud de Stockholm.

Les troubles se sont principalement concentrés à Rinkeby, Norsborg et Aelvsjoe, trois villes situées en proche périphérie de la capitale suédoise. Une flambée de violences a débuté dimanche soir dans le quartier de Husby, où 80 % des 11 000 habitants sont des immigrés de première ou deuxième génération.

Selon les médias suédois, ces heurts seraient liés à la mort, le 13 mai, d’un homme de 69 ans abattu par la police à son domicile, alors qu’il menaçait sa femme avec une machette. Les policiers ont assuré ne pas être parvenus à raisonner l’homme armé et ont plaidé la légitime défense.

Accusations de racisme

Selon des responsables associatifs locaux cités dans la presse, les auteurs des troubles reprochent aux forces de l'ordre leur racisme. Ils accusent les policiers d'avoir accentué les tensions en insultant les habitants de ces quartiers déshérités, majoritairement issus de l'immigration. Certains affirment ainsi avoir été traités de "clochards", "singes" ou "sales Nègres".

La police a appelé les éventuelles victimes à porter plainte et tenté de minimiser la gravité des violences. "Tout blessé est une tragédie, toute voiture brûlée est un échec de la société (...) mais Stockholm n'est pas en train de brûler", a souligné un responsable de la police de la capitale, Ulf Johansson.

Ces violences ont provoqué un débat en Suède sur l'intégration des immigrés, qui représentent environ 15% de la population et habitent principalement dans les quartiers pauvres des grandes villes du pays. Les immigrés connaissent un taux de chômage plus important que le reste de la population suédoise. Ainsi à Husby, le taux de chômage atteignait ainsi 8,8% en 2012, contre 3,6% à Stockholm.

Le Premier ministre conservateur Fredrik Reinfeldt, fervent partisan de l'accueil des immigrés, a voulu donner devant le Parlement l'image d'une nation unie.

"Je pense qu'il est dangereux de vouloir dépeindre la Suède avec une capitale séparée de ses banlieues. Je ne pense pas que ce soit vrai. Je pense que la ligne qui nous divise traverse Husby, entre une population majoritaire et à côté un petit groupe de fauteurs de trouble", a-t-il déclaré jeudi.

Le pays a déjà connu des incidents similaires par le passé : en 2010 à Rinkeby, et en 2008 à Malmoe, dans le sud de la ville.

Première publication : 24/05/2013

  • LIGUE 1

    Biographie de Zlatan : "Je me tape de ce que les autres pensent"

    En savoir plus

  • SUÈDE

    La piste terroriste se précise dans le double attentat avorté de Stockholm

    En savoir plus

  • En Suède, l'extrême-droite entre au Parlement

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)