Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

SPORT

Dortmund – Bayern Munich : face-à-face pour une étoile

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/05/2013

La première finale de Ligue des champions entre deux clubs allemands mettra aux prises, ce samedi à Londres, le Bayern Munich, favori, et le Borussia Dortmund, son dauphin en Bundesliga. Un choc qui promet entre deux équipes à la rivalité forte.

Le match nul, tendu, disputé il y a trois semaines en championnat entre Dortmund et le Bayern Munich (1-1) l'a confirmé : le club munichois de la riche Bavière et le Borussia de l'industrieuse Ruhr ne s'adorent pas. Matthias Sammer (directeur sportif du Bayern et ancien très grand joueur et entraîneur du Borussia) et Jürgen Klopp, l'actuel coach de Dortmund, avaient d'ailleurs failli en venir aux mains. Toute la saison, le jeune Klopp (45 ans) et son homologue munichois Jupp Heynckes (68 ans) se sont également échangé quelques piques et le transfert de la star Mario Götze, qui passera cet été de Dortmund à Munich, est mal vécu chez les "Jaunes". Le forfait de Götze, touché à la cuisse droite, vient d'ailleurs compliquer très sérieusement la vie du Borussia, qui partira en outsider.

Le Bayern favori

Car le favori, sans équivoque, c'est le Bayern. Impossible qu'il en soit autrement quand on a passé 7-0 en deux matches au Barça. Surtout, le club bavarois a réussi une immense saison alors même qu'il aurait pu sombrer après le choc d'une finale de Ligue des champions perdue à domicile et aux tirs au but il y a un an contre Chelsea.

"Être capable de se relever après une telle défaite en finale l’année dernière montre que mes joueurs ne sont pas faits du même bois que les autres", a affirmé Heynckes, qui laissera sa place la saison prochaine à l’ancien barcelonais Pep Guardiola. "C’est pourquoi je suis convaincu que nous allons soulever le trophée. Nous avons une force mentale incroyable, on ne peut pas nous renverser."

Quatre fois champion d’Europe, le Bayern est le plus riche des clubs allemands, le plus titré aussi. Son rival Dortmund a été sacré en Ligue des champions en 1997, mais il a été au bord de la banqueroute en 2005. La renaissance du club de la Ruhr porte un nom, celui de son entraîneur Jürgen Klopp qui, en misant notamment sur les joueurs formés au club, a fait vaciller les Bavarois et les a privés du titre en Bundesliga ces deux dernières années.

Le Bayern a repris son bien cette saison de façon magistrale, faisant tomber l’un après l’autre les records et s’assurant le sacre national à six journées de la fin de la Bundesliga. Champion avec 25 points d'avance, finaliste de la Coupe d'Allemagne (le 1er juin contre Stuttgart), hyper-complet et performant dans toutes ses lignes, Munich a fait très forte impression. Les coéquipiers de Schweinsteiger et du capitaine Lahm ne sont maintenant plus très loin d'un historique triplé.

Mais attention, Dortmund n'a quasiment jamais été favori cette saison en Ligue des champions, pourtant il est toujours là. Le Borussia est d'abord parvenu à sortir en tête du groupe de la mort (Real Madrid, Manchester City, Ajax Amsterdam) avant d'éliminer miraculeusement Malaga en quarts avec deux buts dans le temps additionnel au match retour.

"L'apogée" pour Dortmund

"Si quelqu’un m’avait dit avant la saison qu’on jouerait la finale, je ne l’aurais pas cru", reconnaît le milieu polonais Jakub Blaszczykowski. "Pour nous, les joueurs et l’ensemble du club, c’est un grand événement. Peu d’entre nous ont eu la chance de jouer une finale comme celle-là. C’est l’apogée de notre bonne saison en Ligue des champions."

Face aux Robben, Mandzukic, Lahm ou Ribéry, Dortmund, sans doute un peu fragile en défense, pourra compter sur des joueurs offensifs de grand talent, Reus, Gündogan ou Lewandowski, qui a eu son jour de grâce face au Real avec un quadruplé à l'aller. Enfin, Dortmund peut appuyer là où ça fait mal. Le Bayern vient de perdre deux finales de Ligue des champions en trois ans (2010 et 2012) et la perspective traumatisante d'un troisième échec sera forcément dans quelques têtes.


Bayern Munich (GER) : Neuer - Lahm (cap.), Boateng, Dante, Alaba - Schweinsteiger, Javi Martinez - Robben, Müller, Ribéry - Mandzukic

Entraîneur : Jupp Heynckes

Borussia Dortmund (GER) : Weidenfeller (cap) - Piszczek, Subotic, Hummels, Schmelzer - Bender, Gündogan - Blaszczykowski, Reus, Grosskreutz - Lewandowski

Entraîneur : Jürgen Klopp

Arbitre : Nicola Rizzoli (ITA)

Avec dépêches

Première publication : 25/05/2013

  • FOOTBALL

    Ligue des Champions : l'Allemagne, l'exemple à suivre

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Ligue des champions : Bayern Munich, le nouveau modèle allemand

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Pas de miracle pour le Real Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)