Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à la "Manif pour tous"

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/05/2013

Alors que les opposants au mariage homosexuel s'apprêtent à défiler une nouvelle fois dimanche à Paris, plusieurs membres du Parti socialiste ont mis en garde les responsables de droite contre les risques de débordements des extrémistes.

Plusieurs figures du Parti socialiste (PS) ont appelé les responsables de la droite, samedi 25 mai, à renoncer à leur participation à "La Manif pour tous" prévue dimanche à Paris. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a mis en garde samedi matin les responsables de l'UMP contre les risques de débordements lors de cette manifestation contre le mariage des couples homosexuels.

"Du côté de l'État, tout est fait pour assurer la sécurité de cette manifestation"

"Je dis aux responsables de l'UMP qui ont voulu durcir le ton qu'ils prennent un risque, donc je les mets en garde", a dit Jean-Marc Ayrault, dont les propos ont été diffusés par plusieurs médias, lors d'un déplacement en Seine-Saint-Denis. "J'appelle à l'esprit de responsabilité de chacun, tout en respectant la diversité des opinions", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, a lui directement appelé "solennellement l'UMP et son président Jean-François Copé à renoncer à participer à la manifestation prévue demain". "Cette manifestation de tous les dangers est propice à tous les débordements", a-t-il ajouté, soulignant qu'"elle se tient dans un climat de menace sur plusieurs personnalités et responsables politiques et d'omniprésence des groupes radicaux et violents d'extrême droite".

"Indigne de la droite républicaine"

"Je dénonce la volonté de Jean-François Copé de jouer la radicalisation et de faire de l'UMP le parti du désordre antirépublicain et d'entraîner sa famille politique dans une dérive qui ne servira que le Front national et des groupes violents qui ont d'ores et déjà débordé la droite", a dénoncé le numéro un du PS.

Pour lui, "la stratégie de Jean-François Copé est indigne de la droite républicaine". "J'appelle donc les dirigeants de la droite à la responsabilité et à ne pas prendre part, ni cautionner ou s'associer à cette manifestation qui ne vise qu'à diviser notre pays et où plus personne ne contrôle les groupes extrémistes violents", a-t-il insisté.

De son côté, Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, a appelé "tous les républicains, de droite comme de gauche, à ne pas mêler leurs voix à celles des extrémistes", à la veille de la manifestation. La loi sur le mariage pour tous "a été votée", elle "doit être appliquée", a-t-il déclaré devant la presse, en marge d'un déplacement au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) pour rendre hommage à Jean Jaurès.

"Maintenant c'est la loi pour tous"

"Aujourd'hui, il est de la responsabilité de tous les républicains de droite comme de gauche de faire attention à ne pas mêler leurs voix à (celles) des extrémistes qui veulent secouer la France et la brutaliser par la violence et par des formes de manifestations qui sont incompatibles avec les valeurs de la République", a-t-il dit.

Faut-il condamner les appels de l'UMP à manifester ? "C'est leur problème. Que chacun prenne ses responsabilités. On n'est pas là pour faire la leçon aux uns et aux autres. Nous, nous sommes là pour réaffirmer que la loi a été votée, nous avons eu un grand et beau débat, maintenant c'est la loi pour tous", a répété l'élu de Seine-Saint-Denis.

Vendredi déjà, le PS, par la voix d'une de ses porte-parole, Laurence Rossignol, avait jugé que l'UMP prenait "une grave responsabilité" en maintenant son soutien à la manifestation de dimanche, en raison de risques de débordements par des activistes d'extrême droite. L'égérie de "la Manif pour tous", Frigide Barjot, hésite d’ailleurs à aller manifester, en raison de menaces de la part de radicaux qui jugent qu'elle a tenu des propos trop conciliants.

Et le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déconseillé, samedi après-midi, aux familles avec enfants de manifester dimanche. "La vérité m'oblige à dire mon inquiétude" face aux "menaces de débordements de groupes extrémistes", a déclaré le ministre en marge de la fête du bouddhisme au bois de Vincennes.

Copé réagit, l'UMP divisée

Jean-François Copé a réagi, samedi en fin d'après-midi, aux propos des responsables socialistes. Il a dénoncé les "tentatives inacceptables d'intimidation" de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls. Pourtant, le débat sur la radicalisation des manifestants a atteint le sein même de l'UMP, dont certains membres n'iront pas battre le pavé dimanche : François Fillon, Alain Jupé, Bruno Lemaire ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet ont annoncé qu'ils ne participeraient pas. Jean-François Copé, Henri Guaino, Xavier Bertrand et Laurent Wauquier ont au contraire indiqué qu'ils feront partie du cortège.

Le collectif "la Manif pour tous", fer de lance depuis l'automne de la contestation, a prévu trois cortèges, qui vont traverser Paris à partir de 14h, avec les Invalides comme point de ralliement. Deux défilés partiront de l'ouest (Porte Dauphine et Porte de Saint-Cloud), un de l'est, près de la gare d'Austerlitz. Quelque 4 500 policiers et gendarmes seront mobilisés pour prévenir les heurts avec des groupes d'extrême droite constatés lors des précédentes manifestations.

Avec dépêches

Première publication : 25/05/2013

  • MARIAGE POUR TOUS

    Manuel Valls pourrait interdire le Printemps français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage pour tous : "On ne pourra pas démarier ou désadopter", déclare NKM

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé toujours vent debout contre le mariage pour tous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)