Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

FRANCE

"Manif pour tous" : nouvelle démonstration de force sous haute surveillance

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/05/2013

Malgré la promulgation de la loi il y a huit jours, les opposants au mariage homosexuel commencent à défiler une nouvelle fois ce dimanche à Paris. Les autorités redoutent des débordements d'éléments extrémistes.

La loi est promulguée depuis huit jours et le premier mariage gay sera célébré mercredi à Montpellier, mais les détracteurs de cette "loi Taubira" n'ont pas renoncé à une nouvelle démonstration de force, dans un climat particulièrement tendu.

La préfecture de police, très critiquée après les violences qui ont gâché le 13 mai la fête du PSG, va mobiliser 4 500 policiers et gendarmes pour encadrer les quatre cortèges prévus dans la capitale - trois organisés par le collectif "la Manif pour tous" et un par l'institut Civitas, proche des catholiques intégristes.

"Les gens d'extrême droite ne sont vraiment pas nombreux"

Avec trains et cars venus de province, "la Manif pour tous" table sur une participation semblable à celle de sa manifestation du 24 mars, lorsqu'elle avait mis "plus d'un million de personnes dans la rue". La police s'attend à environ 200 000 manifestants et chiffre à quelques centaines les "ultras" qui pourraient vouloir en découdre. Samedi soir, une cinquantaine de militants anti-mariage gay ont été interpellés lors d'une manifestation surprise en plein milieu des Champs-Élysées.

Les opposants en ordre dispersé

Depuis plusieurs jours, la figure de proue de la contestation elle-même, Frigide Barjot, visiblement dépassée par sa droite, s'est déclarée menacée et privée de liberté de parole, au point, a-t-elle répété samedi, de renoncer à défiler dimanche.

Les opposants les plus radicaux sont désormais regroupés sous l'appellation "Printemps français", nébuleuse que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a menacé de dissoudre en raison de ses excès et de sa "phraséologie factieuse".

"Monsieur Valls ne nous fera pas taire, les menaces ne nous font pas peur !", lançait vendredi soir Béatrice Bourges, porte-parole de ce Printemps français qui prône des actions coup de poing plus musclées que les opérations "bisounours" de Frigide Barjot.

Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à manifester

La tension est encore montée d'un cran samedi, le gouvernement et l'UMP s'accusant mutuellement d'attiser les tensions.

"Du côté de l'État, tout est fait pour assurer la sécurité de cette manifestation"

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, visant clairement le président de l'UMP Jean-François Copé, a reproché aux responsables du principal parti d'opposition de "prendre une lourde responsabilité" en appelant à manifester, "provoquant la crispation et la radicalisation".

Le président de l'UMP, avec plusieurs ténors du parti (Henri Guaino, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez), est de ceux qui prendront part à la manifestation pour témoigner de leur opposition à la loi sur le mariage gay et "plus globalement à la politique familiale du gouvernement".

Jean-François Copé ne cache pas son souhait d'attirer vers l'UMP cette nouvelle "génération" politique descendue dans la rue contre le mariage homosexuel, l'étape suivante devant selon lui être dans les urnes, aux municipales de 2014.

Le Front national de son côté n'a donné aucune consigne, mais aura aussi une délégation dans la manifestation, en présence notamment de la députée Marion Maréchal-Le Pen.

Mises en garde

Manuel Valls, répétant lui aussi son "inquiétude" face aux risques de débordements, a  "déconseillé" samedi "aux familles avec des enfants de se rendre à la manifestation".

Le président de l'UMP a appelé en retour MM. Ayrault et Valls à "reprendre leurs esprits", déplorant ces "tentatives inacceptables de pression et d'intimidation".

Les responsables de la "Manif pour tous" ont eux aussi accueilli les mises en garde du gouvernement comme "des propos alarmistes" destinés à "intimider" et "démobiliser, à la veille d'une manifestation de masse".

"'La Manif pour tous' comprend l'angoisse du gouvernement : une foule immense sera bien là demain", a dit le mouvement dans un communiqué diffusé samedi soir. Mais cette foule, assure-t-il, "sera aussi déterminée que pacifique et paisible".

Les trois cortèges de la "Manif pour tous" doivent converger vers l'esplanade des Invalides, où leur dispersion est prévue en fin d'après-midi.

Mais les "Veilleurs", qui prônent une "résistance pacifique", ont d'ores et déjà appelé à prolonger la soirée sur place, et c'est souvent après la fin officielle des manifestations que des débordements ont eu lieu à plusieurs reprises depuis le début de la contestation, à l'automne dernier.

Avec dépêches.

Première publication : 26/05/2013

  • FRANCE

    Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à la "Manif pour tous"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage pour tous : "On ne pourra pas démarier ou désadopter", déclare NKM

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé toujours vent debout contre le mariage pour tous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)