Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Manifestation anti-mariage gay : violents heurts après la dispersion des cortèges

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/05/2013

Plusieurs dizaines de manifestants s'en sont pris aux forces de l'ordre et aux journalistes, dimanche soir, après la dispersion de la manifestation conte le mariage gay, qui a rassemblé entre 150 000 et un million de personnes.

Après une forte mobilisation, dimanche 26 mai, pour la manifestation contre la loi promulguée le 18 mai qui autorise le mariage homosexuel, la tension est montée dans la soirée, près des Invalides, à Paris. Des reporters de FRANCE 24 ont aperçu des manifestants lançant des projectiles et scandant des slogans hostiles aux journalistes et au gouvernement. D'après Mathieu Mabin, envoyé spécial de FRANCE 24, c'est une "bataille rangée" qui faisait rage.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés peu avant 20h30, rue de l'Université, face aux forces de l'ordre, en scandant "Ça va péter, ça va péter", "Dictature socialiste" ou "Journalistes collabos", ont également constaté des reporters de l'AFP. Des projectiles étaient lancés en direction des forces de l'ordre et des journalistes, dont plusieurs étaient coursés.

Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, qui condamne les violences, "ces incidents ont été provoqués par plusieurs centaines d'individus, pour la plupart issus de l'extrême droite et de la mouvance identitaire, qui ont agressé violemment des policiers, dont quatre ont été blessés, des gendarmes, ainsi que des journalistes".

Un million de participants selon la police, 150 000 selon les organisateurs

Forte mobilisation des anti-mariage homo à Paris
© Aude Mazoué / FRANCE24

Comme à chaque fin de manifestation, les chiffres de la police et ceux des organisateurs montrent un écart significatif. La préfecture de police a en effet comptabilisé 150 000 manifestants ce dimanche, soit deux fois moins que lors de la dernière manifestation nationale du 24 mars, tandis que les organisateurs de "La Manif pour tous" ont annoncé plus d’un million de personnes dans les différents cortèges convergeant vers les Invalides.

Une manifestation distincte, organisée dans le centre de Paris par l'institut Civitas, proche des catholiques intégristes, a quant à elle rassemblé 2 800 personnes, selon la police.

La présidente de La Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, a assuré que le combat allait se poursuivre et que le mouvement s'installait "durablement dans le paysage français et européen".

Barjot se prive de Manif' pour tous

Depuis plusieurs jours, Frigide Barjot, la figure de proue de la contestation, visiblement dépassée par sa droite et déplorant que le mouvement ait été "récupéré", s'était déclarée menacée et privée de liberté de parole, au point de renoncer à défiler. Absente de la manif, elle a estimé sur le plateau de BFM-TV que les chiffres de la police, c'était "juste pour énerver et mépriser les gens, faire monter les extrêmes".

Apportant leur soutien aux "anti", plusieurs élus de l'UMP (Jean-François Copé, Henri Guaino, Laurent Wauquiez, Hervé Mariton, Brice Hortefeux) et du Front national ont néanmoins pris part au défilé.

Jean-François Copé, le président de l'UMP, a même donné rendez-vous aux anti-mariage gay dans les urnes, lors des prochaines élections municipales. Une déclaration taxée de récupération politique par beaucoup, notamment par Frigide Barjot, qui a affirmé dans l'après-midi sur i>Télé : "Nous sommes de gauche comme de droite, au-delà de la gauche et au-delà de la droite".

Trois jours avant la célébration prévue du premier mariage gay à Montpellier, cette nouvelle mobilisation massive était placée sous haute surveillance. La préfecture de police avait mobilisé 4 500 policiers et gendarmes pour encadrer les cortèges, qui ont été émaillés par quelques incidents.

Près de 300 interpellations

Selon la préfecture de police, 296 personnes ont été interpelées, dont 231 placées en garde à vue.

Harlem Desir : "Nous allons porter plainte"

Peu avant 16h, une dizaine de personnes se revendiquant du mouvement Génération identitaire ont escaladé une terrasse du siège du Parti socialiste, déployant une banderole sur laquelle on pouvait lire "Hollande démission". Interpellés, ils sont repartis en fourgonnette policière, sous les hourra d'une trentaine de personnes. Harlem Desir a annoncé que le PS allait porter plainte.

À l'arrière du cortège de Civitas, dans lequel ont marché plusieurs centaines de personnes, le groupe d'extrême droite des Jeunesses nationalistes a défilé derrière sa banderole. En fin de journée, parce qu'ils refusaient de se disperser place de l'Opéra, 25 d'entre eux ont été encerclés par les forces de l'ordre et interpellés.

Avec dépêches

Pour retrouver le déroulé de la journée minute par minute, consultez notre liveblogging.

Suivez la manifestation en direct sur notre liveblog

Première publication : 26/05/2013

  • FRANCE

    Heurts suite à la dispersion de la manifestation des anti-mariage gay aux Invalides

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Manif pour tous" : nouvelle démonstration de force sous haute surveillance

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à la "Manif pour tous"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)