Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

FRANCE

Manif' pour tous : la fin d'un mouvement ?

© Rachel Holman/FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 27/05/2013

Les anti-mariage gay ont à nouveau défilé dimanche dans les rues de Paris. Baroud d'honneur ou début d'une nouvelle phase de mobilisation ? Des divisions subsistent sur l'avenir à donner au mouvement.

Marie-Camille Richard, 31 ans, l'une des responsables des relations presse de La Manif' pour tous

Qu'ils aient été 150 000, selon la préfecture, ou un million, selon les organisateurs, les participants à la Manif' pour tous dressent un bilan positif de leur action et ne comptent pas en rester là. Si aucune nouvelle date de manifestation n'est prévue, "l’élan du mouvement est lancé", assure Marie-Camille Richard, responsable de la communication du mouvement anti-mariage gay. "Nous prévoyons d’organiser des universités d’été dès le mois de septembre, peut-être une caravane d’été et de nombreuses autres petites actions liées à la PMA et la GPA qui se feront dans le calme et la joie", précise la jeune organisatrice.

 Frigide Barjot : "Pour moi, c’est terminé"

Un discours qui tranche avec les déclarations de l’égérie du début du mouvement, Frigide Barjot, qui a annoncé dimanche sur BFM-TV qu’elle jetait l’éponge. "Pour moi, c'est terminé, ça a fait son temps, ça ne marche plus", a-t-elle déclaré. "Demander le retrait de la loi Taubira, ce n'est plus possible. [...] Il s'agit de droits accordés à des personnes humaines." Absente du dernier rassemblement anti-mariage gay, la porte-parole du mouvement regrette la récupération politique qui en a été faite. Parmi les manifestants, "il y a des extrémistes qui viennent s'infiltrer et cherchent à faire du désordre. Et il y a l'UMP qui fait son marché, cherche des militants", a-t-elle expliqué.

Un dernier regret que ne partage pas tout le monde. Isabelle Lievaud, venue en famille de Saint-Germain-en-Laye, espère bien que les élus politiques s’empareront du mouvement. "À quoi bon manifester si l’on n’attend rien des politiques?", lance la jeune mère de famille.

"J’attends le retrait de la loi"

Comme d’autres jeunes, Loïc, venu spécialement de Nogent-le-Roi, veut encore croire au retrait de la loi Taubira. "En manifestant aujourd’hui, je montre, comme beaucoup d’autres, que je ne suis pas d’accord avec le gouvernement. J’espère être entendu et que l’on reviendra sur la loi maintenant ou plus tard."

D’autres, en revanche, n’y croient plus mais restent malgré tout mobilisés. Maud, 33 ans, Caroline, 24 ans, et Margot, 22 ans, participeront au rassemblement des Veilleurs. Armées de petites bougies, accompagnées de textes poétiques, les trois jeunes femmes prolongeront le mouvement à travers ces moments de réflexion pacifique. "Nous continueront également à échanger sur les réseaux sociaux pour que notre mouvement ne soit pas limité à Paris et à aujourd’hui mais dépasse les frontières", expliquent les trois amies.

Isabelle Lievaud (à droite) et sa famille

"Nous saurons nous faire entendre aux prochaines élections municipales"

Beaucoup de manifestants attendent surtout que soit lancé un débat public autour des questions bioéthiques en général. "L’enjeu est maintenant d’informer les Français pour qu’ils comprennent que les questions autour de la PMA et la GPA ne sont pas anodines", estime Bénédicte, une jeune manifestante de 33 ans. "En tout cas, si on ne nous a pas écoutés cette fois-ci, nous saurons nous faire entendre lors des prochaines élections municipales ! Et de conclure : "Nous ne voterons pas pour ceux qui nous ont laissés tomber".


 

Première publication : 27/05/2013

  • FRANCE

    Manifestation anti-mariage gay : violents heurts après la dispersion des cortèges

    En savoir plus

  • FRANCE

    Heurts suite à la dispersion de la manifestation des anti-mariage gay aux Invalides

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à la "Manif pour tous"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)