Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ca va être une grosse, grosse claque"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

Afrique

Selon le président nigérien, le Tchad est une cible des islamistes

© Capture d'écran / FRANCE 24

Vidéo par Donaig LE DU , Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/05/2013

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou a affirmé, ce lundi, que les islamistes responsables du double attentat meurtrier au Niger le 23 mai préparaient une attaque contre le Tchad depuis le sud libyen. Ce que Tripoli réfute.

Après le Niger, le Tchad. D’après le président nigérien Mahamadou Issoufou, les islamistes qui ont frappé le Niger par deux fois le 23 mai, à Arlit et à Agadez, fomentaient en parallèle un attentat contre le Tchad.

L’attaque "contre le Niger a été préparée en parallèle avec une autre attaque, qui visait le Tchad. Pour l’instant cette attaque ne s’est pas produite mais elle était en cours de préparation en même temps que celle qui a eu lieu contre le Niger", a ainsi déclaré lundi 27 mai le chef de l’État nigérien, qui s'exprimait à Agadez suite à la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats.

Retour sur les lieux des attaques d'Agadez et Arlit

Mahmadou Issoufou a également répété que, selon lui, "le foyer qui déstabilise aujourd’hui le Sahel se trouve en Libye". Il avait déjà affirmé, samedi 25 mai, que les assaillants venaient "du sud libyen". Il disait alors craindre une "somalisation de la Libye".

Le Premier ministre libyen dément

Une version contredite par le Premier ministre libyen, Ali Zaidan, en visite à Bruxelles. Pour ce dernier, toutes les allégations indiquant que les assaillants venaient de Libye sont "sans fondement et ne correspondent pas à la réalité", arguant que c'était plutôt l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi "qui exportait le terrorisme". 

"La nouvelle Libye ne tolère pas cela" et "n'est pas un foyer du terrorisme" a ajouté le chef de gouvernement libyen. Il a également révélé que le fils de l'ex-dirigeant libyen, Saadi Kadhafi, et d'anciens dignitaires du régime bénéficiaient du droit d'asile au Niger. "Je demande à nos amis nigériens de prendre ces faits en considération et d'extrader ces éléments pour qu'ils soient jugés en Libye", a déclaré le Premier ministre.

Les deux attentats du 23 mai au Niger ont été perpétrés à l'aube contre une base militaire à Agadez, où une vingtaine de personnes sont mortes, essentiellement des militaires nigériens, et une mine d'uranium à Arlit où un employé nigérien du site d'Areva a été tué. Les forces spéciales françaises sont intervenues le lendemain matin et ont abattu les deux derniers combattants islamistes qui résistaient. Au total, dix djihadistes ont été tués, huit à Agadez et deux à Arlit.

Avec dépêches

Première publication : 27/05/2013

  • NIGER

    Reportage à Arlit, sur le site d'Areva touché par un attentat

    En savoir plus

  • NIGER

    Attentats au Niger : les assaillants venaient de Libye, selon le président nigérien

    En savoir plus

  • ATTAQUES AU NIGER

    Le groupe de Mokthar Belmokhtar revendique le double attentat au Niger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)