Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Economie

Les Chinois reconnaissent que le champagne ne peut être que français

© DIVA007/Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/05/2013

Le célèbre vin mousseux français est devenu, lundi 27 mai, une appellation d'origine officiellement reconnue par Pékin. Victoire sur la contrefaçon, la mesure est aussi un signal envoyé aux États-Unis qui continuent d'usurper la marque.

C’est une victoire qui mérite bien une petite coupe. La Chine a officiellement reconnu, lundi 27 mai, l’appellation "champagne". À la suite de cette décision, les contrefaçons "made in China" du prestigieux vin français sont donc appelées à disparaître.

C’est du moins ce qu'espère le Comité interprofessionnel des vins de Champagne (CIVC), la principale organisation de défense de ce produit à travers le monde. “Cet enregistrement va permettre aux administrations compétentes de renforcer leur action contre les usages abusifs [du label "champagne", NDLR]”, s’est félicité, lundi 27 mai, Wang Wei, directrice du bureau chinois du CIVC. En clair : cette reconnaissance chinoise permet désormais au comité de saisir la justice de manière plus efficace afin de faire interdire la vente de produits abusivement étiquetés “champagne”.

En effet, au royaume des contrefaçons en tout genre, il ne s’agit pas seulement de vin mousseux. Des sodas, des bougies et mêmes des jouets pour chien sont ainsi vendus, actuellement, avec le label “champagne”. C’est dire si les défenseurs de ce pan du patrimoine français ont du pain sur la planche.

Cette victoire est d’autant plus précieuse que la Chine se montre parcimonieuse sur les marques d’alcool qu’elle reconnaît officiellement. Seules trois autres appellations d’origine - le Cognac, le whisky écossais et le vin de Napa Valley (Californie) - y sont protégées.

Un marché de 132 milliards de dollars

Mais Il ne s’agit pas seulement d'une chasse aux faux champagnes. La reconnaissance officielle du fameux nectar peut aussi lui permettre de gagner en notoriété sur “l’un de ses grands marchés d’avenir”, estime Jean-Luc Barbier, directeur général du CIVC.

Même si les Chinois préfèrent encore leurs alcools nationaux à base de céréales ou le cognac, très en vogue dans le pays, la croissance des ventes de champagne est, en effet, impressionnante en Chine. Deux millions de bouteilles y ont été vendues en 2012, contre 50 000 seulement en 2001. Rien que l’année dernière, les ventes ont progressé de 50 % dans l’ex-empire du Milieu, selon les chiffres du CIVC... Sur le gigantesque marché des spiritueux chinois, qui pèse 132 milliards de dollars selon la chaîne économique américaine Bloomberg, les producteurs de champagne pensent donc qu’il y a encore de la place pour les bulles françaises.

Le fait d’avoir fait plier le pays qui symbolise par excellence la contrefaçon est aussi un signal pour les récalcitrants. Le CIVC "souhaite que l’exemple de la Chine soit suivi par les États-Unis et la Russie qui persistent à appeler ‘champagne’ leur mousseux”, a ainsi posté sur Twitter, ce mardi 28 mai, le responsable du compte officiel du comité. Près de 50 % des vins mousseux vendus aux États-Unis sont appelés abusivement "champagne", souligne pour sa part Sam Heitner, directeur du bureau américain du CICV dans le Wall Street Journal. Un problème de taille pour les producteurs français car les États-Unis sont, après le Royaume-Uni, le deuxième pays d’importation du champagne alors que la Chine ne pointe, pour l’instant, qu’en douzième position.

Première publication : 28/05/2013

  • TURQUIE

    La Turquie poursuit sa croisade contre l’alcool

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Un géant de l'agroalimentaire chinois fait alliance avec un négociant en Bordeaux

    En savoir plus

  • CHINE

    Le vin français, dernière victime de la contrefaçon chinoise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)