Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le futur siège des services secrets australiens piraté par des hackers chinois

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/05/2013

Des pirates informatiques chinois ont dérobé les plans du futur siège des services de contre-espionnage australiens, selon une télévision nationale. Canberra a déjà été la cible de cyber-attaques venant de Pékin.

Des hackers chinois ont volé les plans du futur siège des services de contre-espionnage australiens, l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO), selon la chaîne de télévision australienne ABC.

Les pirates informatiques sont passés par un serveur localisé en Chine pour pénétrer dans le réseau informatique d'une entreprise de construction, précise la chaîne sans citer ses sources. Ils ont ainsi pu avoir connaissance des plans du bâtiment, notamment des réseaux informatiques et de communication.

Ce vol informatique, dont ABC ne précise pas la date, accroît les risques pour l'agence d'être espionnée et pourrait entraîner d'importants surcoûts et délais. Le bâtiment était censé être opérationnel le mois dernier.

Toujours selon ABC, ces pirates ont aussi subtilisé des informations confidentielles au Département des Affaires étrangères et du Commerce, qui abrite les services secrets australiens, l'Australian Secret Intelligence Service.

Les hackers chinois sont plus agressifs que ne le pensaient jusqu'alors les autorités australiennes à l'égard de sociétés telles que le sidérurgiste Bluescope Steel ou l'équipementier en télécommunications civiles et militaires Coda, rapporte encore la télévision australienne.

"Conscient" des cyber-attaques chinoises

Le ministre Bob Carr a assuré que le gouvernement était "tout à fait conscient" des menaces de cyber-attaques visant la sécurité nationale. "Rien de ce qui est discuté [dans la presse, NDLR] ne nous surprend", a-t-il déclaré. Il a refusé de confirmer ou de démentir que des pirates chinois étaient derrière cette dernière attaque, comme l'affirmait l'émission très respectée de journalisme d'investigation Four Corners, diffusée lundi soir sur ABC.

"Je ne vais pas commenter le fait que les Chinois ont fait, ou pas, ce qui est évoqué" dans cette émission, a déclaré le ministre des Affaires étrangères. "Nous ne voulons pas partager avec le monde et des agresseurs potentiels ce que nous savons à propos de leurs actions, ou comment ils les conduisent."

Des cas de piratage antérieurs

Ce piratage n’est pas le premier. Plusieurs affaires d'espionnage informatique impliquant des Chinois se sont produites ces dernières années en Australie. En 2011, les ordinateurs des Premiers ministres, ministres des Affaires étrangères et de la Défense avaient été piratés. La presse affirmait que les agences du renseignement chinois étaient soupçonnées, une information que Canberra n'avait pas voulu commenter. Pékin avait démenti ces accusations, qualifiées de "sans fondement et proférées dans un but bien particulier".

En mars dernier, les réseaux informatiques de la Banque centrale australienne avaient également été piratés, la presse affirmant là aussi que l'attaque avait été menée par des logiciels chinois à la recherche d'informations sensibles.

En 2012, les autorités ont interdit au géant chinois des équipements en télécommunications Huawei de déposer une offre pour le programme national d'internet à bandes larges, craignant des risques d'attaques informatiques.

Avec dépêches

Première publication : 28/05/2013

  • CHINE

    Espionnage informatique : Pékin réfute les accusations du Pentagone

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une cyberattaque sans précédent échoue à faire trembler le Net

    En savoir plus

  • INTERNET

    Cyber-attaque contre la Corée du Sud : la balle est dans le camp chinois

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)