Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Economie

Des cyber-espions chinois accusés d'avoir fait leur marché au Pentagone

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/05/2013

Alors que le président américain et son homologue chinois doivent discuter la semaine prochaine des questions de cybersécurité, le "Washington Post" affirme que des cyber-espions chinois ont eu accès aux détails de programmes d'armement américains.

Cette fois-ci, ce sont les plans de systèmes d’armement, d’avions de chasse ultra-sophistiqués ou encore de missiles américains qui étaient visés par une opération de cyber-espionnage rendue publique, mardi 28 mai, par le "Washington Post", qui s'est procuré une liste de ces secrets militaires éventés. Les officiels américains contactés par le journal accusent, sous couvert d’anonymat, des pirates informatiques chinois d’être à l’origine de cette nouvelle attaque. Hasard du calendrier ou pas, le président américain Barack Obama doit évoquer les questions de cybersécurité avec son homologue chinois Xi Jinping lors d'une rencontre la semaine prochaine en Californie.

La Maison Blanche a refusé de préciser si les révélations du "Washington Post" seraient au menu de la discussion entre les deux responsables politiques. Le document consulté par le journal est en fait la partie restée jusqu'alors confidentielle d’un rapport rendu public par le ministère de la Défense en janvier 2013. Les auteurs y soulignaient simplement que le Pentagone n’était pas “en mesure de résister à des attaques informatiques sophistiquées”.

À la lumière de l’ampleur des fuites, c’est peu de le dire. Les cyber-espions, qu'ils soient chinois ou non, ont mis la souris sur un veritable trésor de guerre militaire. Ils ont eu accès, entre autres, aux détails de la dernière version du missile Patriot, de l’appareil hybride mi-avion mi-hélicoptère de transport militaire v-22 Osprey ou encore du F-35 Lightning II, le chasseur de combat - actuellement en cours de développement - le plus cher de l’histoire militaire américaine.

“C’est choquant, ce sont tous des systèmes d’armement critiques pour notre sécurité nationale”, souligne Mark Stokes, directeur du Project 2049 Institute, un cercle américain de réflexion spécialisé dans les questions militaires en Asie. Si la piste chinoise venait à se confirmer, Pékin s’est payé à peu de frais un grand bond en avant technologique. “Ces secrets valent plusieurs milliards de dollars et représentent près de 25 ans de recherche et développement pour un pays comme la Chine”, s’insurge un officiel américain cité par le "Washington Post".

Des preuves pour étayer le “bla-bla”

Cette opération de cyber-espionnage met aussi en lumière les carences du système de sous-traitance dans le secteur de la défense. Certes, rien n’exclut que les pirates informatiques ont pu s’infiltrer dans les serveurs même du Pentagone, mais les officiels interrogés ont été prompts à rejeter la faute sur les sous-traitants qui ont accès à ces documents ultra-sensibles. “Souvent, ces sociétés ne savent même pas qu’elles ont été piratées jusqu’au jour où le FBI vient frapper à leur porte”, explique l’un d’eux.

De leur côté, Lockheed Martin, Northrop Grumman ou encore Boeing se sont défaussés, à leur tour, sur leurs propres partenaires commerciaux. “Pour l’instant nos défenses sont suffisamment fortes contre ces menaces et nous passons surtout du temps à aider nos sous-traitants à faire face à des attaques informatiques”, s’est ainsi défendu le groupe Lockheed Martin.

Ces révélations au sujet d’une supposée nouvelle attaque informatique chinoise arrivent alors que, début mai, le Pentagone avait affirmé que les cyber-soldats à la solde de Pékin s’intéressaient de très près aux programmes de défense des États-Unis. La Chine avait alors balayé ces accusations, les qualifiant de “bla-bla”. Les informations obtenues par le "Washington Post" précisent donc ces précédentes mises en cause.

Première publication : 28/05/2013

  • IRAN

    La cybermenace iranienne donne des sueurs froides à Washington

    En savoir plus

  • CHINE

    Espionnage informatique : Pékin réfute les accusations du Pentagone

    En savoir plus

  • CHINE

    Le "blog intime" d'un présumé cyber-soldat chinois

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)