Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Culture

Ces mots "chelous" ou "hénaurmes" qui font leur entrée dans le dictionnaire

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 28/05/2013

La maison d’édition Le Robert fait entrer de nouvelles locutions verbales dans son édition 2014. C’est ainsi que "en faire des caisses", "nobéliser" ou encore "théorie du complot" auront leur définition.

Pour ceux qui n’ont suivi que de loin l’affaire Woerth/Bettencourt et les démêlés du quotidien "Le Monde" avec la justice, le dictionnaire Petit Robert 2014 expliquera enfin ce qu’est une "fadette" (relevé détaillé de facture téléphonique). Et ceux qui voudraient creuser l’affaire Jérôme Cahuzac pourront se renseigner sur les mots "exil fiscal" et "exilé fiscal". Le Petit Robert, qui renouvelle chaque année son édition avec les mots et expressions récents installe ainsi l’actualité dans ses milliers de pages et fait entrer "mariage pour tous", "boson de Higgs" ou encore "palmé" (qui a reçu la Palme d’Or à Cannes).

En somme, ces nouvelles entrées servent au dictionnaire d’"effet d’aubaine" pour montrer qu’il peut "être dans la boucle" et avoir un maximum d’"amis" (sur Facebook) et de "suiveurs" (sur Twitter), quitte à retenir des locutions "chelous" comme "aquoibonisme", "cacher la merde au chat" ou "être ravitaillé par les corbeaux".

Bref, le dictionnaire s’ouvre à tous les vents. Y compris à ceux qui soufflent depuis longtemps sur les rédactions : "locataire de l’Élysée", "vouloir être calife à la place du calife", "être vent debout" ou encore "légende vivante", sont des poncifs qui tombent tous seuls sous les doigts des journalistes et qui se trouvent désormais avaliser par le Petit Robert.

"Galoche" et "street art"

D’autres expressions sont tirées du langage parlé actuel : "bombasse", "choupinet", "clasher", "galoche", "hénaurme" (variante de énorme), "plan cul", "kéké" ou "c’est une tuerie".

Des mots issus directement de l’anglais, comme "street art" et "low cost" n’ont pas trouvé d’équivalent dans l’étymologie française et sont repris tels quels.

Les mots québecois comme "bas-culotte" (collant), "bourrasser" (malmener) et "cadran" (réveil) ont trouvé leur place, de même que "arcade" (local commercial) pour les Suisses.

Enfin, du côté des noms propres, un grand nombre d’écrivains (Jonathan Littell, Alice Munro, Fred Pellerin, Olivier Adam) entrent dans le Petit Robert, de même que des cinéastes (Michel Hazanavicius, Jafar Panahi), des artistes plasticiens et photographes (Ai Weiwei, Berenice Abbott), des musiciens (Carla Bley), des créateurs de mode (Jean-Paul Gaultier, Louis Vuitton, Hermès)… Bref, surtout des artistes occidentaux et des hommes [la liste ci-dessus est délibérément biaisée par la rédaction pour rétablir un équilibre, NDLR].

Dans le domaine politique, rien de très nouveau : Barack Obama est bel et bien réélu, Benoît XVI a renoncé à son pontificat et François lui a succédé, "la guerre se poursuit au Mali" et "la crise économique continue à sévir en Europe", dixit le communiqué du Petit Robert. Merci le dico.

Première publication : 28/05/2013

  • FRANCE

    Ayrault s'en prend à ses ministres trop portés sur l'anglais

    En savoir plus

  • INDUSTRIE CULTURELLE

    Entre satisfecits et critique farouche, le rapport Lescure fait son petit effet

    En savoir plus

  • INTERNET

    Wikipédia, une encyclopédie sexiste ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)