Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 29/05/2013

La loi tribale dénoncée au Yémen

Aujourd’hui sur le net, des activistes yéménites dénoncent les lois tribales en vigueur dans le pays. L’accès gratuit à la pilule du lendemain suscite un vif débat sur la Toile en Équateur. Et un clip musical revient sur toutes les vidéos qui ont créé le buzz sur YouTube depuis sa création ;

La loi tribale dénoncée au Yémen

Les appels au respect de l’Etat de droit se multiplient au Yémen depuis la mort de Khalid Al-Khatib et Hassan Aman, le 15 mai dernier à Sanaa. Selon les médias locaux, ces deux jeunes d’une vingtaine d’années auraient été abattus alors qu’ils tentaient de dépasser le convoi de mariage du cheikh Ali Al-Awadhi. Un geste qui aurait été interprété comme un manque de respect par les hommes de cet influent chef tribal engagé en politique.

D’après la blogueuse Noon Arabia du site Global Voices, les meurtriers n’ont toujours pas été inquiétés malgré la présence de la police qui avait été déployée ce jour-là pour protéger la cérémonie. Indignés, de nombreux internautes yéménites accusent donc les forces de l’ordre d’avoir fermé les yeux sur ce double homicide et se mobilisent pour réclamer justice.

Ainsi, comme en témoignent ces photos relayées sur Facebook, des centaines de personnes ont défilé jeudi dernier à Sanaa pour demander au président Mansour Hadi d’intervenir dans cette affaire et exiger l’application de la loi pour mettre fin à cette impunité. Une manifestation qui, d’après les organisateurs, aura lieu chaque jeudi jusqu’à ce que les meurtriers soient interpellés.

Dans le même temps, plusieurs activistes des droits de l’homme ont dénoncé l’ensemble des règles et des coutumes tribales qui constituent, selon eux, un frein à l’instauration d’un véritable Etat de droit plus d’un an après la fin de la Révolution dans le pays.

 

Vif débat autour de la contraception en Équateur

La décision récente des autorités équatoriennes de donner accès gratuitement à la pilule du lendemain aux jeunes femmes du pays suscite un vif débat sur la Toile locale. La mesure, officiellement adoptée pour lutter contre le fléau des grossesses précoces, est en effet largement décriée par une partie de la population qui estime qu’il s’agit d’une grave atteinte aux valeurs traditionnelles qui mettrait en péril la famille en tant qu’institution.

Ainsi sur les réseaux sociaux, de nombreux citoyens appellent le gouvernement équatorien à faire machine arrière sur cette question mais aussi, plus généralement, à défendre les valeurs familiales en s’opposant à l’avortement ou encore au mariage homosexuel. Des internautes qui font pour cela usage des mots-clés #14milliones pour signifier aux autorités locales que ce sont bien les 14 millions de citoyens du pays qui sont mobilisés et prêts à se battre pour la famille.

Les détracteurs de la mesure ont également recours à tous les outils à leur disposition sur le web pour faire passer leur message au plus grand nombre et diffusent notamment des vidéos comme celle-ci appelant les Equatoriens à manifester contre une décision assimilée à une attaque contre le modèle familial traditionnel.

Un appel à manifester qui semble d’ailleurs avoir reçu un large écho ces dernières semaines comme l’illustrent les images des rassemblements massifs organisés récemment dans plusieurs villes du pays à commencer par la capitale Quito.

Mais s’ils sont nombreux à dénoncer en ligne des attaques contre la famille et les valeurs traditionnelles, certains tiennent malgré tout à défendre la décision du gouvernement et à vanter son modernisme. Des utilisateurs des réseaux sociaux qui rappellent que malgré ce qu’affirment leurs adversaires, la population équatorienne est loin d’avoir une seule et même opinion sur cette question.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

#FBrape est le mot-clef qu’utilisent actuellement des activistes féministes sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus faisant l’apologie du viol ou des violences faites aux femmes qui pullulent sur Facebook. Une campagne qui appelle donc le célèbre site communautaire à sévir pour supprimer ces pages, et qui fait également pression sur les annonceurs dont les publicités apparaissent à côté de ces textes, images et autres vidéos que beaucoup d’internautes trouvent insoutenables. Une pétition en ligne a également été créée en ce sens et a réuni plus de 200 000 signatures jusqu’à présent.

 

Les internautes votent pour la prochaine destination de voyageurs

Effectuer un périple à travers les Etats-Unis en faisant voter les internautes pour choisir leur prochaine destination : c’est l’idée amusante qu’ont eue John Ellis and Laura Preston, deux jeunes new-yorkais, qui ont lancé pour cela un site baptisé « The Democratic Travelers » sur lequel les utilisateurs du web peuvent leur faire des propositions d’endroits à visiter dans le pays. Des propositions pour lesquelles les internautes sont ensuite invités à voter puis en fonction des résultats, le couple de voyageurs découvre sa nouvelle destination. Un projet plutôt original dont l’évolution est à suivre sur les réseaux sociaux.

 

Vidéo du jour

Rendre hommage en chanson à toutes les vidéos qui ont créé le buzz sur YouTube au cours des 8 années d’existence du site de partage : c’est l’excellente idée qu’a eue Dane Boe qui a ainsi récemment mis en ligne ce clip dans lequel il propose une reprise revisitée du morceau de Billy Joel « We didn’t start the fire ». Une initiative particulièrement rythmée à consommer sans modération.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2014 Réseaux sociaux

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

Au sommaire de cette édition : des Africains dénoncent la stigmatisation dont ils sont victimes face à Ebola; un mannequin de vitrine suscite la polémique en Nouvelle-Zélande; et...

En savoir plus

17/10/2014 Réseaux sociaux

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

Au sommaire de cette édition : les internautes volent au secours d’une infirmière américaine infectée par Ebola; une vaste opération policière menée en Europe suscite la...

En savoir plus

18/10/2014 Réseaux sociaux

Data centers : un coût énergétique trop élevé

Depuis deux ans, ces habitants de La Courneuve, dans la banlieue nord de Paris, vivent avec un data center en face de chez eux. Et ils sont inquiets.

En savoir plus

16/10/2014 Réseaux sociaux

Kim Jong-Un réapparaît et devient la risée du web

Au sommaire de cette édition : Kim Jong-un devient la risée du web après sa réapparition en public; une chaîne australienne de supermarchés est au cœur d'une vive polémique;...

En savoir plus

15/10/2014 Réseaux sociaux

Une vaste campagne en ligne pour nettoyer l'Inde

Au sommaire de cette édition : les citoyens indiens sont invités à nettoyer leur pays; des stars britanniques se mobilisent pour défendre les droits des femmes; et des casse-cou...

En savoir plus