Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba sans le soleil"

En savoir plus

MODE

Grand prix du livre de mode 2014

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

Moyen-orient

Abou Hamza, un milicien libanais parti défendre Bachar al-Assad

© FRANCE 24

Vidéo par Lucy FIELDER - Sélim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/05/2013

Alors que la guerre civile syrienne se rapproche du Liban, une équipe de FRANCE 24 a franchi la frontière libano-syrienne aux côtés d'un milicien libanais allié au Hezbollah. Il part défendre le régime de Bachar al-Assad. Reportage.

Vêtu d’un treillis vert et bien armé, Abou Hamza traverse la région montagneuse de la Bekaa, au Liban, dans le but de rejoindre la Syrie. Le visage caché derrière un keffieh et une paire de lunettes de soleil, ce Libanais explique pourquoi il a choisi de combattre en Syrie. "[Les rebelles syriens] viennent tuer nos enfants jusque dans nos maisons, lance le milicien des Comités populaires. Je veux me battre pour défendre ma famille, pas pour défendre les intérêts de quiconque."

Abou Hamza tient le discours bien huilé de ce groupe de miliciens libanais qui participent aux combats en Syrie. Difficile de prendre ses propos pour argent comptant. En revanche, il reconnaît que sa milice a été formée par le Hezbollah, le mouvement chiite libanais dont le leader Hassan Nasrallah s’est ouvertement engagé, le 30 avril, aux côtés du président syrien Bachar al-Assad. La rencontre a d'ailleurs été organisée par le Hezbollah, à Hermel, une ville chiite du côté de la frontière libanaise, la base arrière du "parti de Dieu".

Mourir en martyr pour Assad

Le combattant libanais affirme vivre dans un village syrien, proche de la frontière. C'est le cas de la plupart des miliciens des Comités populaires qui vivent, selon le Hezbollah, dans des villages libanais ou des villages syriens à dominante chiite où les habitants disposent de la nationalité libanaise.

Ces milices locales de défense, qui ont le devoir de protéger leur village, interviennent en Syrie depuis plusieurs mois. Mais, avant la déclaration de Hassan Nasrallah, le mouvement chiite niait systématiquement toute implication ou aide auprès des forces syriennes gouvernementales. Ces dernières semaines, des corps de membres du Hezbollah sont pourtant revenus en martyrs dans leurs villages de la plaine de la Bekaa.


Les partisans de Nasrallah "prêts au combat"

Depuis que la bataille pour la ville stratégique de Qousseir s’est intensifée, le Hezbollah a choisi de s'engager ouvertement dans le conflit. Malgré les pertes enregistrées, les partisans du mouvement chiite libanais soutiennent son chef Hassan Nasrallah. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 104 combattants du Hezbollah ont été tués en huit mois dans la guerre en Syrie, alors qu'une source au sein du mouvement chiite comptabilise 75 morts durant la même période.

Dans la petite ville de Machghara, dans l’ouest de la Bekaa, Mohmmad Hammoud se dit fier d’avoir perdu son fils au combat. “Je suis encore plus heureux maintenant qu’il est mort en martyr", lance-t-il devant une foule de sympathisants. “J’ai un deuxième, troisième et quatrième fils et je suis prêt à tous les envoyer pour combattre à Qousseir, ou bien contre Israël, ou contre quiconque veut nous éliminer, poursuit-il. Hier, j'étais moi-même sur le front et j'aurais aimé tomber en martyr : je n'ai pas peur d'eux. Ce qui doit arriver arrivera."

Dans le reste du Liban, l'intervention du Hezbollah en Syrie suscite la colère. Depuis le début de la guerre en Syrie, Tripoli, la grande ville portuaire du nord du Liban, est régulièrement le théâtre d'affrontements à caractère confessionnel entre sunnites qui soutiennent la rébellion et alaouites pro-Assad. Dans la capitale, certains accusent le "parti de Dieu" d'entraîner le pays dans la guerre. "Le Hezbollah se comporte comme s'il était l'État en s'engageant dans la guerre en Syrie. C'est irrationnel. Le Hezbollah décide du destin de tout un peuple", déplore ainsi Hanin Siddiq, une habitante de Beyrouth.

 

Première publication : 28/05/2013

  • SYRIE - RUSSIE

    Moscou compte toujours livrer des missiles au régime syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces d'Assad utilisent des armes chimiques, selon "Le Monde"

    En savoir plus

  • LIBAN

    Combats à Tripoli : "Pourquoi devons-nous payer pour quelque chose qui ne nous concerne pas ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)