Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

asie

REPORTAGE - En Afghanistan, le rêve de visa pour l'Iran tourne court

© Capture France 24

Vidéo par Sylvain LEPETIT , Miyuki Droz ARAMAKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/05/2013

Alors que le retrait des troupes étrangères est annoncé pour 2014, l'exode des Afghans, craignant le retour de la guerre civile, s'accélère. Nombre d'entre eux tentent d'obtenir un visa pour l'Iran.

Comme chaque matin, l'ambassade iranienne à Kaboul est prise d'assaut bien avant son ouverture. Des dizaines d'hommes et de femmes se pressent pour obtenir un visa, le précieux sésame pour quitter l'Afghanistan avant le retrait des troupes étrangères, prévu en 2014. Mais la procédure est longue et peut surtout ne jamais aboutir.

"J'attends mon visa depuis 7 mois...", raconte un homme, papiers à la main, devant la représentation iranienne. "Pour ceux qui ont de l'argent, c'est facile : tu payes 3 000 dollars (environ 2 300 euros) et tu as ton visa. L'ayatollah Khomeiny disait que l'islam n'a pas de frontière mais nous, les Afghans, on nous refuse l'accès à son pays", regrette un autre.

Rasun, jeune ouvrier dans le bâtiment, a déjà dépensé 200 euros en démarches administratives, soit l'équivalent de deux mois de salaire. Aujourd'hui encore, il rentre bredouille après de longues heures d'attente.

"Je suis obligé de partir", insiste Rasun. "Je dois subvenir aux besoins de 15 personnes de ma famille. Par rapport à d'autres pays, c'est plus simple de partir en Iran : on a la même culture, la même langue."

Franchir illégalement la frontière

Mais, comme les Etats-Unis ou l'Europe, l'Iran, en proie à une grave crise économique, a durci sa politique d'immigration. Alors, pour les candidats à l'exil, il ne reste souvent qu'une seule option : franchir illégalement la frontière.

La plupart de ces travailleurs journaliers afghans espèrent économiser de quoi payer les 500 euros réclamés par les passeurs pour les conduire à Téhéran. Mais, en Afghanistan qui compte 40% de chômeurs, cela peut prendre du temps.

"On n'a pas vraiment envie de partir, mais on n'a pas le choix, il n'y a rien pour nous dans ce pays", regrette Khodaimur qui espère bientôt franchir clandestinement la frontière.  "On risque de se faire tirer dessus, on sait que c'est dangereux mais c'est la seule solution. Si Dieu le veut, on arrivera sains et saufs", renchérit Bismillah.

Il y a deux semaines, les gardes-frontières iraniens ont ouvert le feu sur un groupe de migrants qui tentaient de passer illégalement. Neuf jeunes Afghans ont été abattus. Depuis plusieurs mois, l'Iran expulse aussi massivement les Afghans. Ils seraient environ 2 millions à vivre dans le pays voisin, en sursis permanent.

"Ça m'étonnerait que l'Afghanistan connaisse un jour la paix"

La famille Ahmadi a été chassée de la République islamique. Elle est arrivée hier soir dans ce centre de réfugiés de la banlieue de Herat, deuxième ville d'Afghanistan, à 150 kilomètres de la frontière iranienne.

"Nous dormions, et la police iranienne est entrée chez nous, à minuit et demi", raconte Gulab Ahmadi, la mère de famille. "Ils nous ont embarqués et nous n'avons rien eu le temps de prendre."

"Je ne sais pas ce qu'on va devenir, ça m'étonnerait que l'Afghanistan connaisse un jour la paix", s'inquiète Hassan, le père.

Comme eux, beaucoup d'Afghans craignent un retour de la guerre civile après le départ des troupes étrangères prévu l'année prochaine.

"Ce flux migratoire ne va jamais s'arrêter", prévient Ainaddin Aslami, directeur d'un camp qui accueille ces expulsés. "Pour la plupart des migrants renvoyés ici en Afghanistan, l'Iran n'est qu'une première étape vers la Turquie et ensuite l'Europe."

Selon les Nations unies, un tiers des réfugiés dans le monde sont Afghans. Un contingent qui devrait encore augmenter. Les douze ans de présence de la coalition n'y ont rien changé : la jeunesse afghane ne croit plus en l'avenir de son pays.

Première publication : 29/05/2013

  • AFGHANISTAN

    Attentat-suicide et fusillade dans le centre de Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les femmes afghanes luttent contre le retour de bâton taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le discours sans langue de bois de l’ex-ambassadeur de France à Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)