Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

asie

REPORTAGE - En Afghanistan, le rêve de visa pour l'Iran tourne court

© Capture France 24

Vidéo par Sylvain LEPETIT , Miyuki Droz ARAMAKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/05/2013

Alors que le retrait des troupes étrangères est annoncé pour 2014, l'exode des Afghans, craignant le retour de la guerre civile, s'accélère. Nombre d'entre eux tentent d'obtenir un visa pour l'Iran.

Comme chaque matin, l'ambassade iranienne à Kaboul est prise d'assaut bien avant son ouverture. Des dizaines d'hommes et de femmes se pressent pour obtenir un visa, le précieux sésame pour quitter l'Afghanistan avant le retrait des troupes étrangères, prévu en 2014. Mais la procédure est longue et peut surtout ne jamais aboutir.

"J'attends mon visa depuis 7 mois...", raconte un homme, papiers à la main, devant la représentation iranienne. "Pour ceux qui ont de l'argent, c'est facile : tu payes 3 000 dollars (environ 2 300 euros) et tu as ton visa. L'ayatollah Khomeiny disait que l'islam n'a pas de frontière mais nous, les Afghans, on nous refuse l'accès à son pays", regrette un autre.

Rasun, jeune ouvrier dans le bâtiment, a déjà dépensé 200 euros en démarches administratives, soit l'équivalent de deux mois de salaire. Aujourd'hui encore, il rentre bredouille après de longues heures d'attente.

"Je suis obligé de partir", insiste Rasun. "Je dois subvenir aux besoins de 15 personnes de ma famille. Par rapport à d'autres pays, c'est plus simple de partir en Iran : on a la même culture, la même langue."

Franchir illégalement la frontière

Mais, comme les Etats-Unis ou l'Europe, l'Iran, en proie à une grave crise économique, a durci sa politique d'immigration. Alors, pour les candidats à l'exil, il ne reste souvent qu'une seule option : franchir illégalement la frontière.

La plupart de ces travailleurs journaliers afghans espèrent économiser de quoi payer les 500 euros réclamés par les passeurs pour les conduire à Téhéran. Mais, en Afghanistan qui compte 40% de chômeurs, cela peut prendre du temps.

"On n'a pas vraiment envie de partir, mais on n'a pas le choix, il n'y a rien pour nous dans ce pays", regrette Khodaimur qui espère bientôt franchir clandestinement la frontière.  "On risque de se faire tirer dessus, on sait que c'est dangereux mais c'est la seule solution. Si Dieu le veut, on arrivera sains et saufs", renchérit Bismillah.

Il y a deux semaines, les gardes-frontières iraniens ont ouvert le feu sur un groupe de migrants qui tentaient de passer illégalement. Neuf jeunes Afghans ont été abattus. Depuis plusieurs mois, l'Iran expulse aussi massivement les Afghans. Ils seraient environ 2 millions à vivre dans le pays voisin, en sursis permanent.

"Ça m'étonnerait que l'Afghanistan connaisse un jour la paix"

La famille Ahmadi a été chassée de la République islamique. Elle est arrivée hier soir dans ce centre de réfugiés de la banlieue de Herat, deuxième ville d'Afghanistan, à 150 kilomètres de la frontière iranienne.

"Nous dormions, et la police iranienne est entrée chez nous, à minuit et demi", raconte Gulab Ahmadi, la mère de famille. "Ils nous ont embarqués et nous n'avons rien eu le temps de prendre."

"Je ne sais pas ce qu'on va devenir, ça m'étonnerait que l'Afghanistan connaisse un jour la paix", s'inquiète Hassan, le père.

Comme eux, beaucoup d'Afghans craignent un retour de la guerre civile après le départ des troupes étrangères prévu l'année prochaine.

"Ce flux migratoire ne va jamais s'arrêter", prévient Ainaddin Aslami, directeur d'un camp qui accueille ces expulsés. "Pour la plupart des migrants renvoyés ici en Afghanistan, l'Iran n'est qu'une première étape vers la Turquie et ensuite l'Europe."

Selon les Nations unies, un tiers des réfugiés dans le monde sont Afghans. Un contingent qui devrait encore augmenter. Les douze ans de présence de la coalition n'y ont rien changé : la jeunesse afghane ne croit plus en l'avenir de son pays.

Première publication : 29/05/2013

  • AFGHANISTAN

    Attentat-suicide et fusillade dans le centre de Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les femmes afghanes luttent contre le retour de bâton taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le discours sans langue de bois de l’ex-ambassadeur de France à Kaboul

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)