Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

Afrique

Trois Femen européennes réclamant la libération d'Amina arrêtées à Tunis

© AFP | Une des Femen arrêtées à Tunis

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/05/2013

Trois Femen, deux Françaises et une Allemande, ont manifesté seins nus devant le ministère de la Justice à Tunis pour réclamer la libération d'Amina, une Femen tunisienne emprisonnée dans l'attente de son procès. Elles ont été interpellées.

Trois militantes Femen européennes - deux Françaises et une Allemande - ont été interpellées par la police, mercredi 29 mai à Tunis, lors de leur première action seins nus dans le monde arabe. Elles réclamaient la libération d'une militante tunisienne, Amina Tyler, et souhaitaient ainsi dénoncer la condition de la femme en Tunisie.

Face à une foule de journalistes réunis devant le palais de Justice, les trois jeunes femmes ont hurlé "Free Amina", la militante Femen emprisonnée dans l'attente de son procès pour détention illégale d'un spray lacrymogène. Elles ont été interpellées sans ménagement par les policiers.

Certains avocats, associés à des passants, ont violemment agressé des journalistes, leur reprochant de se faire l'écho de l'action des Femen. Durant cette bagarre, six journalistes français et tunisiens ont été interpellés pendant environ deux heures puis relâchés après que la police eut pris leurs dépositions concernant l'action des Femen.

Bientôt traduites en justice

Les Femen "seront placées en état d'arrestation et traduites en justice", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Justice, Adel Riahi, sans préciser les accusations qui pourraient être retenues, alors que l'attentat à la pudeur est passible de six mois de prison. Elles sont désormais détenues par la brigade des mœurs et la Consul de France, Martine Gambard-Trébucien, a pu les rencontrer. "Elles vont bien", a-t-elle déclaré à la presse.

"C'est la première action que nous menons dans le monde arabe", a déclaré à l'AFP par téléphone Inna Shevchenko, dirigeante de Femen à Paris. "Ces pays (arabo-musulmans) et ces régimes totalitaires s'en prennent aux femmes. On ne fait pas attention à ce genre de choses (le risque d'emprisonnement)", a-t-elle ajouté.

Amina Tyler (un pseudonyme) a été arrêtée le 19 mai à Kairouan après avoir peint sur un muret proche d'un cimetière le mot Femen. Elle risque six mois de prison pour possession d'un spray d'auto-défense. Elle pourrait aussi être poursuivie pour profanation de cimetière, délit passible de deux ans de détention.

Une complication pour le dossier d'Amina ?

Selon l'avocat d'Amina, l'action des Femen ne compliquera pas le dossier de sa cliente. "Je ne pense pas que cela fera du mal à Amina parce qu'elle est poursuivie dans une affaire de droit commun et elle ne s'est pas déshabillée", a jugé maître Souheib Bahri. Amina avait fait scandale en mars en publiant des photos d'elle seins nus à la manière des Femen, recevant notamment des menaces d'islamistes radicaux, selon son témoignage.

Le mouvement Femen, fondé en Ukraine et désormais basé à Paris, mène depuis plusieurs années des actions seins nus à travers le monde pour dénoncer notamment la discrimination de la femme.

La Tunisie, dirigée depuis la fin 2011 par un gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda, dispose de la législation la plus libérale du monde arabe concernant les droits des femmes mais l'égalité n'y est pas consacrée.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 29/05/2013

  • TUNISIE

    Amina, la Femen tunisienne, arrêtée à Kairouan après avoir tagué un mur

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Amina, première Femen tunisienne, se dit libre et en sécurité

    En savoir plus

  • FÉMINISME

    Muslimah contre Femen : la guerre est déclarée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)