Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

EUROPE

Fortuna, le yacht de la discorde entre le roi Juan Carlos et des entrepreneurs des Baléares

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2013

Le roi d’Espagne veut se séparer de son somptueux yacht pour être plus en phase avec la politique d’austérité dans son pays. Mais des chefs d’entreprise des Baléares, qui lui avaient offert le bateau en 2000, lui demandent de rendre le cadeau.

Face à la crise économique qui frappe l’Europe et plus particulièrement son pays, le roi d’Espagne, Juan Carlos, souhaite montrer l’exemple. Il a annoncé mi-mai qu’il allait se séparer de son yacht, évalué à 21 millions d’euros, et dont l’entretien revenait trop cher à la Couronne. Selon la presse espagnole, le simple remplissage de son réservoir coûterait la somme rondelette de 20 000 euros.

"Le roi a demandé aux services du Patrimoine national [qui gère les biens de l'État espagnol mis à disposition de la Maison royale] de prendre acte de sa décision de se séparer" du yacht, avait annoncé un porte-parole de la Maison royale. Le navire devait être ensuite cédé au gouvernement, auquel il appartiendra de décider de le conserver ou de le mettre en vente.

Donner c'est donner, reprendre c'est normal

Un scénario qui ne plaît pas du tout aux chefs d’entreprise des Baléares, à l'origine du luxueux cadeau en 2000. Les entrepreneurs réclament purement et simplement la restitution par le roi du yacht Fortuna, un cadeau offert à travers la Fondation pour le tourisme et la culture afin, officiellement, d'assurer la promotion du tourisme dans l’archipel espagnol lorsque le souverain s’y rendrait en vacances.

La Fondation pour le tourisme et la culture des Baléares a ainsi envoyé, lundi 27 mai, une lettre au service du Patrimoine national demandant que soit rendu le bateau, une vedette de 41,5 mètres de long. "La décision d'offrir le yacht avait été prise 'pour que Sa Majesté le roi et la Famille royale en fassent usage'", écrit la fondation dans cette lettre.

La dernière fois que Juan Carlos, 75 ans, a navigué à bord du yacht remonte à août 2012. La popularité du roi est en chute libre en raison de plusieurs scandales, dont une affaire de corruption présumée touchant son gendre, Iñaki Urdangarin. Les Espagnols ont également reproché au monarque de s'être rendu, l'année dernière, au Botswana pour une coûteuse chasse à l'éléphant, alors que le pays, en pleine récession, est soumis à une sévère cure d'austérité.

Avec dépêches

Première publication : 30/05/2013

  • ESPAGNE

    L’infante Cristina convoquée devant le juge pour trafic d'influence

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le roi Juan Carlos au cœur d'une polémique après un voyage au Botswana

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En plein scandale de corruption, le roi Juan Carlos publie ses comptes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)