Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Fortuna, le yacht de la discorde entre le roi Juan Carlos et des entrepreneurs des Baléares

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2013

Le roi d’Espagne veut se séparer de son somptueux yacht pour être plus en phase avec la politique d’austérité dans son pays. Mais des chefs d’entreprise des Baléares, qui lui avaient offert le bateau en 2000, lui demandent de rendre le cadeau.

Face à la crise économique qui frappe l’Europe et plus particulièrement son pays, le roi d’Espagne, Juan Carlos, souhaite montrer l’exemple. Il a annoncé mi-mai qu’il allait se séparer de son yacht, évalué à 21 millions d’euros, et dont l’entretien revenait trop cher à la Couronne. Selon la presse espagnole, le simple remplissage de son réservoir coûterait la somme rondelette de 20 000 euros.

"Le roi a demandé aux services du Patrimoine national [qui gère les biens de l'État espagnol mis à disposition de la Maison royale] de prendre acte de sa décision de se séparer" du yacht, avait annoncé un porte-parole de la Maison royale. Le navire devait être ensuite cédé au gouvernement, auquel il appartiendra de décider de le conserver ou de le mettre en vente.

Donner c'est donner, reprendre c'est normal

Un scénario qui ne plaît pas du tout aux chefs d’entreprise des Baléares, à l'origine du luxueux cadeau en 2000. Les entrepreneurs réclament purement et simplement la restitution par le roi du yacht Fortuna, un cadeau offert à travers la Fondation pour le tourisme et la culture afin, officiellement, d'assurer la promotion du tourisme dans l’archipel espagnol lorsque le souverain s’y rendrait en vacances.

La Fondation pour le tourisme et la culture des Baléares a ainsi envoyé, lundi 27 mai, une lettre au service du Patrimoine national demandant que soit rendu le bateau, une vedette de 41,5 mètres de long. "La décision d'offrir le yacht avait été prise 'pour que Sa Majesté le roi et la Famille royale en fassent usage'", écrit la fondation dans cette lettre.

La dernière fois que Juan Carlos, 75 ans, a navigué à bord du yacht remonte à août 2012. La popularité du roi est en chute libre en raison de plusieurs scandales, dont une affaire de corruption présumée touchant son gendre, Iñaki Urdangarin. Les Espagnols ont également reproché au monarque de s'être rendu, l'année dernière, au Botswana pour une coûteuse chasse à l'éléphant, alors que le pays, en pleine récession, est soumis à une sévère cure d'austérité.

Avec dépêches

Première publication : 30/05/2013

  • ESPAGNE

    L’infante Cristina convoquée devant le juge pour trafic d'influence

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le roi Juan Carlos au cœur d'une polémique après un voyage au Botswana

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En plein scandale de corruption, le roi Juan Carlos publie ses comptes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)