Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Hollande sous le feu des critiques des partis politiques allemands

© AFP

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2013

À quelques heures de sa rencontre à Paris, ce jeudi, avec Angela Merkel, François Hollande est décrié par la classe politique allemande, après ses déclarations "désobligeantes" sur les exigences de Bruxelles concernant la réforme des retraites.

C'est ce qui s'appelle recevoir une volée de bois vert. Alors que la chancelière Angela Merkel est attendue à Paris, ce jeudi, pour adopter une motion sur la croissance et l'emploi, François Hollande est attaqué par plusieurs partis allemands, choqués par une critique jugée "inappropriée" à l'encontre de la Commission européenne.

Le président français a déclaré, mercredi, que "la Commission (européenne) n'a pas à dicter" à la France ce qu'elle a "à faire", après que Bruxelles a demandé à Paris d'entamer la réforme des retraites dès cette année, en échange du délai supplémentaire de deux ans  pour ramener son déficit en dessous de 3 %.

"La réaction de Hollande montre le désespoir considérable de son gouvernement qui, un an après son arrivée au pouvoir, n'a pas encore trouvé de réponses efficaces aux problèmes économiques et financiers de son pays", a déclaré Andreas Schockenhoff, vice-président du groupe parlementaire des conservateurs (CDU/CSU), dans un communiqué. 

Hollande "secoue les fondements de l'UE"

"La critique violente du président français contredit l'esprit et les textes des accords et traités européens (...). Quelqu'un qui parle comme ça secoue les fondements de l'UE", a jugé celui qui préside le groupe d'amitié franco-allemand au Bundestag, la chambre basse du Parlement.

Sa critique "est d'autant plus incompréhensible que la Commission européenne fait preuve de particulièrement d'égards quant à la situation française et veut pousser à ce que soient entreprises en profondeur les réformes structurelles nécessaires" dans ce pays, a ajouté Andreas Schockenhoff.

"La France doit affronter ses problèmes structurels"

Une analyse partagée par d'autres formations politiques outre-Rhin. "Hollande n'a toujours pas compris qu'il n'est pas seul sur terre", rappelle ainsi un des responsables des conservateurs au Parlement européen, le Bavarois Manfred Weber (CSU). "C'est enfin à lui de faire ses devoirs et d'affronter les problèmes structurels de la France, au lieu de chercher à Berlin ou Bruxelles les coupables", insiste Manfred Weber dans un entretien accordé, ce jeudi, au site internet de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Quant au président du groupe parlementaire des libéraux (FDP, petit partenaire de la coalition gouvernementale de Mme Merkel), Rainer Brüderle, il n'a pas hésité à qualifier la première année de pouvoir de présidence socialiste "d'année perdue". L'Europe "ne peut attendre plus longtemps la France", rappelle-t-il dans un entretien au quotidien allemand Rheinische Post paru ce jeudi.

Insistant sur l'importance de la mise en œuvre de réformes structurelles, Rainer Brüderle s'est dit "certain que la chancelière" allait "clairement aborder le sujet en interne, comme on le fait entre amis".

Avec dépêches

Première publication : 30/05/2013

  • ALLEMAGNE

    "Les Allemands sont perçus comme les bons citoyens du monde"

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Le SPD préfère l'Alliance progressiste à l’Internationale socialiste

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Bruxelles donne deux ans de répit à la France pour réduire son déficit

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)