Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

EUROPE

Hollande et Merkel d'accord sur un président permanent de l'Eurogroupe

© Capture d'écran / FRANCE24

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/05/2013

François Hollande a déclaré, lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel, jeudi 30 mai, à Paris, que la France et l'Allemagne étaient d'accord pour doter l'Eurogroupe d'un président à temps plein, avec des moyens renforcés.

Le président François Hollande a affirmé, jeudi 30 mai, que la France et l'Allemagne étaient d'accord pour qu'il y ait désormais un président de l'Eurogroupe "à temps plein", une proposition phare qui sera prochainement soumise aux 25 autres membres de l'Union européenne.

"Nous sommes d'accord ensemble pour qu'il y ait plus de sommets de la zone euro, avec un président à temps plein de l'Eurogroupe (réunion informelle des ministres des Finances de la zone euro, ndlr) qui aurait des moyens renforcés", a déclaré le chef de l'État français, lors d'une conférence de presse conjointe à l'Élysée avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Ce président "pourrait être mandaté par les ministres de la zone euro pour favoriser l'action dans le domaine de l'emploi, de la recherche ou de l'industrie", a-t-il précisé. Quant à Mme Merkel, elle a appelé à "davantage de coordination économique" et de "coopération" entre les membres de l'Eurogroupe et "tous ceux qui veulent se joindre à eux".

Un front uni face au chômage

François Hollande et Angela Merkel se sont par ailleurs évertués à présenter un front uni face au chômage et à la récession en Europe même si la chancelière s'est montrée inflexible sur la discipline budgétaire alors que le président français avait durement recadré Bruxelles.

"Nous sommes convenus que la commission donnait à la France deux ans de plus de temps pour atteindre l'objectif d'un déficit public ramené à 3 % (du PIB) mais que ce délai était couplé - et le président français l'a lui-même confirmé - à des réformes" structurelles en France, a souligné Mme Merkel. "Les deux vont de paire", a-t-elle insisté, soulignant que l'on "peut encore davantage réduire les déficits lorsque, simultanément, la compétitivité s'accroît".

François Hollande a protesté pour sa part de sa bonne volonté. S'adressant aux "journalistes" allemands, le chef de l'État, les a exhortés: "Cessez de penser que la France voudrait échapper à ses disciplines budgétaires", que "nous ne voulons pas nous préoccuper du marché du travail" ou que "nous ne comprenons l'exigence de la compétitivité".

"Contribution franco-allemande" au prochain sommet européen

Mercredi, le président avait déclaré que Bruxelles n'avait "pas à dicter" à la France ce qu'elle a "à faire", en réagissant aux recommandations de la Commission qui suggérait à Paris d'entamer dès cette année la réforme des retraites mais aussi de son marché du travail.

"Le détail, les procédures, les manières de faire relèvent de la responsabilité du gouvernement (français) et de l'Etat sinon il n'y aurait pas de souveraineté possible", a-t-il encore insisté jeudi, en insistant sur le fait que Paris avait déjà engagé les réformes.

Les deux dirigeants n'en n'ont pas moins accordé leurs violons sur une "contribution franco-allemande" au prochain Sommet européen prévu les 27 et 28 juin, la première du genre depuis l'arrivée au pouvoir de François Hollande, il y a un peu plus d'un an. L'emploi et, singulièrement, l'emploi des jeunes, sera au coeur de ce sommet qui portera aussi sur les questions économiques, la croissance et la compétitivité.

Avec dépêches

Première publication : 30/05/2013

  • ALLEMAGNE

    Hollande sous le feu des critiques des partis politiques allemands

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    "Les Allemands sont perçus comme les bons citoyens du monde"

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Réduction des déficits : Bruxelles ouvre la porte à un délai supplémentaire pour la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)