Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Emmanuel Macron utilise un vocabulaire émotionnel"

En savoir plus

Economie

Le Nasdaq paie le prix fort pour le fiasco de l'entrée en Bourse de Facebook

© Bfishadow/Flickr

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2013

La société qui gère le Nasdaq, la bourse américaine pour les valeurs technologiques, a accepté de payer une amende de 10 millions de dollars suite aux problèmes techniques lors de l'introduction en Bourse de Facebook le 18 mai 2012.

C'est l'amende "la plus élevée jamais infligée à une plateforme boursière", a martelé la Security and Exchange Commission (SEC), mardi 29 mai. Le gendarme américain de la Bourse a obtenu que le Nasdaq, la place financière américaine pour les valeurs technologiques, accepte de verser 10 millions de dollars pour solder les poursuites suite aux couacs techniques survenus lors de l'introduction en Bourse de Facebook le 18 mai 2012.

Il aura donc fallu un an pour que le Nasdaq et la SEC parviennent à un accord à l'amiable concernant cette affaire. Le jour de l'entrée en Bourse du géant des réseaux sociaux, l'an passé, près de 30 000 ordres étaient restés bloqués pendant deux heures. Un dysfonctionnement qui avait, selon la SEC, coûté des millions de dollars aux investisseurs.

"un accord pour satisfaire les investisseurs"

Pour le gendarme américain de la Bourse, le cafouillage était dû à "des systèmes mal conçus" et une infrastructure technique qui n'était pas prête à gérer le très grand nombre d'ordres simultanés émis ce jour-là. De son côté, le Nasdaq n'a pas reconnu d'erreurs, mais n'a pas non plus contesté les conclusions de la SEC. Les responsables de la place financière se sont contentés de saluer un accord qui constitue "un important pas en avant pour satisfaire les investisseurs".

Les soucis du Nasdaq sont, en fait, le reflet des débuts désastreux en Bourse de Facebook. Mise sur le marché à 38 dollars, l'action s'était vite effondrée, pour tomber jusqu'à 17,73 dollars en septembre. Elle s'est un peu reprise depuis, mais sa cote est toujours à un niveau inférieur de 38 % à son cours d'introduction.

Avec dépêches

Première publication : 30/05/2013

  • BOURSE

    Marc Zuckerberg poursuivi en justice par des actionnaires de Facebook

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les dommages collatéraux de l'introduction en Bourse de Facebook

    En savoir plus

  • BOURSE

    Facebook chahuté à Wall Street

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)