Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bal des vampires" : Roman Polanski sort les crocs !

En savoir plus

FOCUS

Le Caire surveille de près les islamistes radicaux tentés par l'EI

En savoir plus

Sports

Bordeaux remporte la Coupe de France face à Évian-Thonon

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/06/2013

Bordeaux a remporté la quatrième Coupe de France de son histoire en s'imposant 3 buts à 2 face à Évian-Thonon, vendredi soir au Stade de France. Auteur d'un doublé, Cheick Diabaté a brillé, permettant aux Girondins de faire la différence.

Bordeaux a remporté vendredi la quatrième Coupe de France de son histoire en battant au bout d'une très agréable finale, et grâce notamment à un doublé de l'omniprésent Diabaté, une valeureuse équipe d'Evian-Thonon 3 à 2.

Ce succès permet aux Girondins de retrouver l'Europa League la saison prochaine après une saison frustrante en championnat (7e), alors qu'Evian devra se contenter du maintien en Ligue 1 et des souvenirs de son remarquable parcours jusqu'au Stade de France.

Avec deux buts, un penalty obtenu -et raté- et une présence constante en pointe où il n'aura pas laissé le moindre répit à la charnière haut-savoyarde, Cheick Diabaté a vraiment été l'artisan majeur du succès bordelais, le premier depuis 1987 en Coupe de France.

Il a d'abord donné en fin de première période un avantage mérité à son équipe en profitant d'un bon ballon en profondeur de Mariano.

Le Malien a alors défié Laquait dans un duel que l'on a pu croire joué au ralenti tant la gestuelle faussement malhabile du grand attaquant girondin (1,94 m) efface toute impression de vitesse. Mais sa feinte a pris et Laquait a été battu (1-0, 39).

Il s'est encore illustré en début de deuxième période en obtenant un penalty pour un accrochage de Ninkovic.

Mais après une course d'élan chaotique, sa frappe a été repoussée par Laquait (48), qui avait déjà mis en échec Ibrahimovic en quart de finale face au Paris SG.

Enfin, à la 89e minute, il profitait d'un caviar de Maurice-Belay pour tromper à nouveau Laquait et mettre fin à l'admirable résistance d'Evian-Thonon, revenu à 1-1 et 2-2 mais finalement logiquement battu.

Vivante et spectaculaire

Avant même de repousser le penalty de Diabaté, Laquait avait en effet permis à son équipe de rester dans le match au cours d'une première période nettement dominée par les Girondins, en sortant deux arrêts majeurs sur une bonne tête de Diabaté (4e) et une excellente volée de Saivet (45).

Et après son exploit de la 48e minute, cette finale qui était déjà plutôt agréable s'est joyeusement débridée, les deux équipes se rendant coup sur coup.

Evian est d'abord revenu à 1-1 grâce à Sagbo qui battait Carrasso sur le premier tir cadré des siens et après un excellent travail de Wass et Bérigault (51).

A peine deux minutes plus tard, Saivet redonnait l'avantage à Bordeaux (53) en reprenant de près un coup franc de Sertic, qui illustrait la domination girondine sur coups de pied arrêtés.

Mais Evian, qui a déjà survécu à une terrible lutte pour le maintien toute la saison, voulait décrocher son premier trophée dans l'élite et n'a jamais renoncé, revenant à 2-2 grâce à Dja Djedje après un nouveau débordement de Barbosa à gauche (70).

Le but vainqueur de Diabaté est toutefois venu couronner un vainqueur logique, plus imaginatif, plus serein techniquement, plus expérimenté, aussi.

Cela ne consolera pas forcément Evian-Thonon, mais cette finale à l'affiche pas spécialement "glamour" a aussi été l'une des plus vivantes et spectaculaires de ces dernières années.

Elle le doit aussi aux spectateurs des deux camps, qui ont mis dans un Stade de France pas totalement plein une ambiance festive et chaleureuse.

AFP

Première publication : 01/06/2013

COMMENTAIRE(S)