Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Amériques

Le match Brésil-Angleterre aura bien lieu dimanche au stade Maracana

© AFP

Vidéo par Nicolas RANSOM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/05/2013

La rencontre amicale entre le Brésil et l'Angleterre prévue dimanche au stade Maracana de Rio de Janeiro aura bien lieu, a annoncé la justice brésilienne. Jeudi, une juge avait prononcé une interdiction, doutant de la fiabilité des infrastructures.

Une "erreur bureaucratique" a bien failli empêcher la tenue dimanche du match amical de football Brésil-Angleterre au Maracana, le stade mythique de Rio de Janeiro, pour des raisons de sécurité, selon les autorités de l'État de Rio.

À deux semaines du coup d'envoi de la Coupe des confédérations, qui doit servir de test pour le Mondial-2014 au Brésil, un tribunal de Rio a pris jeudi soir la décision d'interdire la rencontre. Mais cette décision a été annulée quelques heures plus tard, quand les autorités de Rio ont démontré que toutes les installations étaient en règle, a indiqué vendredi le gouvernement de l'État dans un communiqué. "La juge de garde du tribunal de Rio de Janeiro a révoqué la décision qui suspendait le match", est-il précisé.

Le gouvernement a fait appel de l'interdiction et présenté les documents de "l'inspection de la police miliaire qui prouvaient que toutes les conditions de sécurité étaient en règle au Maracana", selon le communiqué qui évoque "une erreur bureaucratique" pour expliquer la confusion. Dans un premier temps, la juge ne disposait pas des preuves que le stade avait accompli les démarches nécessaires pour autoriser la tenue de matches ou d'évènements dans le stade, explique encore le gouvernement. Les sélections du Brésil et d'Angleterre sont déjà à Rio où elles s'entraînent en vue de la rencontre qui doit se dérouler devant 74 000 spectateurs.

Rapports techniques manquants

À l'annonce de l'interdiction de la rencontre amicale, Gary Neville, assistant du sélectionneur anglais Roy Hodgson, a réagi avec surprise et un humour tout britannique : "Ce match là ? Celui de dimanche ? On jouera donc sur la plage", s'est-il esclaffé en conférence de presse.

Le temple du football a été privatisé

La juge, qui a décidé d'interdire le stade, avait donné droit à une requête du ministère public selon qui "il n'a pu être vérifié pour le moment que le stade remplit les conditions de sécurité nécessaires minimum pour la tenue de matches et d'événements". Le jugement exigeait la remise des rapports techniques démontrant que le stade présente les conditions de sécurité nécessaires pour accueillir des spectateurs. "En dépit des innombrables demandes du ministère public, les rapports d'expertise n'ont pas été remis dans leur totalité et il n'est pas pour le moment vérifié que le stade présente les conditions de sécurité requises", écrit la magistrate.

L'interdiction du stade "n'a pas de sens", estimait pour sa part la Confédération brésilienne de football (CBF). "Le département juridique indique que toutes les expertises nécessaires ont été effectuées et elles vont être transmises à la juge", selon le communiqué du CBF. "Le stade est prêt à 100 % pour accueillir les supporteurs brésiliens et prêt pour la Coupe des confédérations", a de son côté affirmé le secrétaire d'État aux Sports de l'État de Rio, André Lazaroni à la radio Tupi. Le premier match de la Coupe des confédérations prévu au Maracana doit normalement opposer le Mexique à l'Italie le 16 juin.

Un stade mythique

Le match amical Brésil-Angleterre doit marquer l'inauguration officielle du Maracana, le stade totalement rénové de Rio, qui a déjà été placé sous la tutelle de la Fédération internationale de football (FIFA) en vue de la Coupe des confédérations.

Construit pour la Coupe du monde de 1950, perdue en finale par le Brésil face à l'Uruguay, il pouvait contenir 200 000 personnes, la plupart debout, dans des conditions très précaires. Sa capacité à été réduite à 78 639 places, toutes assises, pour des raisons de confort et de sécurité.

Le Maracana a fait l'objet d'un premier test à un tiers de sa capacité le 28 avril, après une rénovation totale qui a duré deux ans et demi et coûté presque 600 millions de dollars, le double du devis initial. Il devait normalement être achevé en décembre dernier, mais les travaux ont pris beaucoup de retard. Les abords du stade offraient encore jeudi à certains endroits le spectacle d'un chantier : dizaines d'ouvriers casqués, bétonneuses, barrière métallique... À l'intérieur du temple du football brésilien, tout a totalement été refait : pelouse, tribunes, vestiaires, système de sonorisation et écrans géants.

Avec dépêches

Première publication : 31/05/2013

  • FOOTBALL - COUPE DU MONDE

    Le mythique stade Maracana rouvre ses portes à Rio en grande pompe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)