Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps de victimes du naufrage du ferry repêchés

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

Afrique

Tunis : les trois Femen qui ont manifesté seins nus seront jugées le 5 juin

© AFP / Georges GOBET

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 31/05/2013

Les trois Femen européennes qui ont manifesté seins nus à Tunis comparaîtront devant la justice tunisienne le 5 juin. Condamnée une première fois jeudi, la jeune Amina Tyler devra, elle, affronter un nouveau procès à la même date.

Les trois militantes Femen qui avaient manifesté seins nus mercredi devant le palais de justice de Tunis seront jugées le 5 juin pour "outrage public à la pudeur" et "atteinte aux bonnes moeurs" - des délits passibles de prison ferme -, a indiqué ce vendredi l'un de leurs avocats. Les trois jeunes femmes - deux Françaises et une Allemande - avaient été arrêtées par la police alors qu'elles étaient menacées par une foule en colère, relate David Thomson, correspondant de FRANCE 24 à Tunis. L'audience de leur procès se déroulera en public au tribunal cantonal de Tunis, a précisé Me Souheib Bahri. Le consulat de France a indiqué à l’AFP disposer des mêmes informations.

Action des trois Femen devant le palais de justice de Tunis, mercredi 29 mai. © AFP

Peines plus lourdes

Les trois Femen comparaîtont le même jour qu'Amina Tyler, une jeune Tunisienne de 18 ans qui milite elle aussi au sein de ce mouvement. Condamnée jeudi à 300 dinars (environ 150 euros) d'amende pour possession de gaz lacrymogènes par le tribunal de Kairouan, la justice tunisienne a, en effet, décidé de déclencher de nouvelles poursuites à son encontre. Elle l'accuse désormais d'atteinte aux bonnes mœurs et de profanation de cimetière pour avoir tagué le mot "Femen" sur le mur de celui de Kairouan en marge d’un rassemblement salafiste, le 19 mai dernier. Des délits passibles d'une peine de six mois à deux ans de prison... qui pourrait atteindre six à douze ans si le juge d’instruction considère qu'Amina a agi en bande organisée et retient la qualification d'"association de malfaiteurs".

Procès d'Amina Tyler (Amina Sboui de son vrai nom), au tribunal de Kairouan, jeudi 30 mai. © AFP PHOTO / SALAH HABIBI

"Ce serait une honte de la laisser tomber aujourd’hui"

Le cas d’Amina et des trois Femen européennes soulève beaucoup de controverses en Tunisie. Celles-ci ne reçoivent que très peu de soutiens parmi les modernistes laïcs, affirme David Thomson. Seul le père d’Amina, qui se dit "fier de sa fille", et une poignée de militantes féministes tunisiennes ont ainsi manifesté leur soutien à la jeune fille lors de son procès, jeudi. Contactée par l'AFP, l’activiste et journaliste Henda Hendoud a notamment estimé qu’"il n'y a[vait] pas d'exception aux droits de l'Homme, [et qu']Amina [était] une activiste, une femme qui essaye de se défendre, [donc que ce serait] une honte de la laisser tomber aujourd'hui".

Mais la plupart des Tunisiens restent, eux, indifférents au sort des militantes de la cause des femmes. "Même les féministes traditionnelles se sont désolidarisées du mouvement qu’elles jugent contre-productif, rapporte David Thomson. Les Femen sont accusées d’être néo-colonialistes et déconnectées de la culture arabo-musulmane."

"très peu de soutien, à part quelques activistes isolées"

Première publication : 31/05/2013

  • TUNISIE

    La militante Femen Amina Tyler reste en prison

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Trois Femen européennes réclamant la libération d'Amina arrêtées à Tunis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)