Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

Afrique

Tunis : les trois Femen qui ont manifesté seins nus seront jugées le 5 juin

© AFP / Georges GOBET | Des militantes Femen devant le palais de justice de Tunis, mercredi.

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 31/05/2013

Les trois Femen européennes qui ont manifesté seins nus à Tunis comparaîtront devant la justice tunisienne le 5 juin. Condamnée une première fois jeudi, la jeune Amina Tyler devra, elle, affronter un nouveau procès à la même date.

Les trois militantes Femen qui avaient manifesté seins nus mercredi devant le palais de justice de Tunis seront jugées le 5 juin pour "outrage public à la pudeur" et "atteinte aux bonnes moeurs" - des délits passibles de prison ferme -, a indiqué ce vendredi l'un de leurs avocats. Les trois jeunes femmes - deux Françaises et une Allemande - avaient été arrêtées par la police alors qu'elles étaient menacées par une foule en colère, relate David Thomson, correspondant de FRANCE 24 à Tunis. L'audience de leur procès se déroulera en public au tribunal cantonal de Tunis, a précisé Me Souheib Bahri. Le consulat de France a indiqué à l’AFP disposer des mêmes informations.

Action des trois Femen devant le palais de justice de Tunis, mercredi 29 mai. © AFP

Peines plus lourdes

Les trois Femen comparaîtont le même jour qu'Amina Tyler, une jeune Tunisienne de 18 ans qui milite elle aussi au sein de ce mouvement. Condamnée jeudi à 300 dinars (environ 150 euros) d'amende pour possession de gaz lacrymogènes par le tribunal de Kairouan, la justice tunisienne a, en effet, décidé de déclencher de nouvelles poursuites à son encontre. Elle l'accuse désormais d'atteinte aux bonnes mœurs et de profanation de cimetière pour avoir tagué le mot "Femen" sur le mur de celui de Kairouan en marge d’un rassemblement salafiste, le 19 mai dernier. Des délits passibles d'une peine de six mois à deux ans de prison... qui pourrait atteindre six à douze ans si le juge d’instruction considère qu'Amina a agi en bande organisée et retient la qualification d'"association de malfaiteurs".

Procès d'Amina Tyler (Amina Sboui de son vrai nom), au tribunal de Kairouan, jeudi 30 mai. © AFP PHOTO / SALAH HABIBI

"Ce serait une honte de la laisser tomber aujourd’hui"

Le cas d’Amina et des trois Femen européennes soulève beaucoup de controverses en Tunisie. Celles-ci ne reçoivent que très peu de soutiens parmi les modernistes laïcs, affirme David Thomson. Seul le père d’Amina, qui se dit "fier de sa fille", et une poignée de militantes féministes tunisiennes ont ainsi manifesté leur soutien à la jeune fille lors de son procès, jeudi. Contactée par l'AFP, l’activiste et journaliste Henda Hendoud a notamment estimé qu’"il n'y a[vait] pas d'exception aux droits de l'Homme, [et qu']Amina [était] une activiste, une femme qui essaye de se défendre, [donc que ce serait] une honte de la laisser tomber aujourd'hui".

Mais la plupart des Tunisiens restent, eux, indifférents au sort des militantes de la cause des femmes. "Même les féministes traditionnelles se sont désolidarisées du mouvement qu’elles jugent contre-productif, rapporte David Thomson. Les Femen sont accusées d’être néo-colonialistes et déconnectées de la culture arabo-musulmane."

"très peu de soutien, à part quelques activistes isolées"

Première publication : 31/05/2013

  • TUNISIE

    La militante Femen Amina Tyler reste en prison

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Trois Femen européennes réclamant la libération d'Amina arrêtées à Tunis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)