Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Afrique

Le Sénat et la commission constituante jugés illégaux

© AFP | Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/06/2013

La Haute cour constitutionnelle a jugé dimanche que la loi régissant l'élection du Sénat - seul organe législatif dans l'attente de l'élection d'une Assemblée - et la composition de la Commission constituante étaient anticonstitutionnelles.

La justice égyptienne a invalidé dimanche le Sénat dominé par les islamistes, qui assume le pouvoir législatif en l'absence d'Assemblée, ainsi que la commission qui a rédigé la Constitution, ouvrant une nouvelle période d'incertitude.
              
La Haute cour constitutionnelle a jugé non constitutionnels la loi ayant régi l'élection du Sénat ainsi que les critères de sélection des membres de la commission constituante.
              
Le président de la cour, Maher al-Beheiry, a affirmé que le Sénat pouvait rester en

"On se trouve face à un pouvoir de plus en plus discrédité"

place jusqu'à l'élection d'un nouveau Parlement, mais il n'était pas encore clair si le Sénat pouvait continuer de légiférer.
              
Pour Mustapha Kamel al-Sayyed, professeur de sciences politiques à l'Université du Caire, "le Sénat doit s'abstenir de faire passer toute législation, parce que ces lois seraient ensuite contestées, étant donné que le Sénat a été jugé invalide".
              
Mais pour des sources judiciaires, le Sénat, un organisme historiquement sans pouvoir propulsé dans un rôle législatif lorsque l'Assemblée du peuple a été dissoute sur décision de justice, pourrait avoir le droit de faire passer la loi régissant les prochaines législatives, qu'il a déjà commencé à examiner.
              
Le sort de la Constitution après l'invalidation de la commission qui l'a rédigée n'est également "pas clair", a dit M. al-Sayyed. Mais "ce qui est issu d'une (commission) invalide devrait normalement être invalide", a-t-il estimé.
              
Toutefois, des sources judiciaires estiment que la loi fondamentale est protégée par le référendum qui l'a approuvée en décembre.
              
La décision de la cour ouvre une nouvelle période d'incertitude politique en Egypte et jette une ombre sur la légitimité du Sénat et de la commission, que le président islamiste Mohamed Morsi avait vantés comme des modèles de la nouvelle démocratie égyptienne.
              
La Constitution a été au coeur d'une bataille acharnée entre les partisans de M. Morsi et ses opposants, qui jugent le texte non représentatif de tous les Egyptiens et l'accusent d'ouvrir la voie à une islamisation accrue de la législation.
              
Le conflit avait débordé dans les rues et provoqué la pire crise politique depuis la chute de Hosni Moubarak début 2011 après une révolte populaire.
              
Pour H.A. Hellyer, chercheur spécialisé dans la politique égyptienne à la Brookings Institution, la décision de la Cour constitutionnelle est le résultat du "mélange entre les domaines juridique et politique".
              
"Les conséquences juridiques logiques de l'affaire étaient probablement trop problématiques politiquement pour que la Cour insiste dessus. Résultat, personne, ni dans l'arène juridique ni en politique, ne va être entièrement satisfait", a-t-il estimé.
              
Plusieurs plaintes faisant état d'irrégularités dans le mécanisme électoral avaient été déposées contre le Sénat et contre la commission constituante, dominés par les islamistes. La commission avait même été boycottée par les libéraux, la gauche et les représentants de la communauté chrétienne.
              
Selon Ahmed Ramy, porte-parole du Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ) des Frères musulmans, le parti étudiait toujours l'impact de la décision, mais le Sénat devrait continuer à travailler "pour ne pas créer de vide législatif".
              
Dans tous les cas, "c'est une crise pour le président Morsi et une crise pour les Frères musulmans, parce qu'ils voulaient utiliser le Sénat pour faire passer plusieurs lois qu'ils craignent de ne pas pouvoir faire passer par un prochain Parlement", a estimé M. al-Sayyed.
              
De nouvelles élections législatives sont attendues au plus tôt à l'automne. La Cour constitutionnelle a récemment rejeté la loi devant les régir au motif qu'elle n'était pas conforme à la Constitution, la renvoyant devant le Sénat pour qu'elle soit réécrite.
 

AFP

Première publication : 02/06/2013

  • ÉGYPTE

    Le Caire : le procès d'Hosni Moubarak reporté au 8 juin

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Twitter : le premier hashtag en arabe à faire de l'ombre à Justin Bieber

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Bassem Youssef, le plus populaire des Égyptiens, ne se taira pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)