Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

SUR LE NET

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de la francophonie : la langue française a-t-elle encore un avenir ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

Afrique

Tripoli veut retrouver le milliard de dollars caché par Kadhafi en Afrique du Sud

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/06/2013

Selon le "Sunday Times", la Libye a demandé le concours des autorités sud-africaines pour remettre la main sur un milliard de dollars caché par l'ex-dictateur défunt, Mouammar Kadhafi, dans différents établissements bancaires du pays.

La Libye a demandé au gouvernement sud-africain de l'aider à récupérer une somme de plus d'un milliard de dollars que le colonel Kadhafi aurait caché en Afrique du Sud et dans les pays voisins, a rapporté dimanche le Sunday Times, citant de nombreuses sources et correspondances officielles.

Des émissaires libyens ont approché le gouvernement sud-africain, à partir de novembre 2012, environ un an après la chute du régime de Mouammar Kadhafi - exécuté en octobre 2011 après une révolte populaire soutenue par les forces de l'OTAN - selon ces sources.

Le gouvernement sud-africain s'était opposé à l'intervention de l'OTAN en Libye.

"Le processus de vérification de la demande de ce groupe est en cours", a indiqué au journal Jabulani Sikhakhane, porte-parole du ministre des Finances Pravin Gordhan.

Ce dernier a reçu, tout comme le ministre sud-africain de la Justice, une lettre de son homologue libyen dont le Sunday Times cite un extrait.

Dans ce document, la Libye demande à l'Afrique du Sud de coopérer pour retrouver et récupérer "tous les fonds et avoirs illégalement détenus, obtenus, pillés, déposés ou cachés en Afrique du Sud et dans les pays voisins par feu Mouammar Khadafi", sa famille et ses proches.

La lettre parle "d'importants fonds et avoirs cachés en Afrique du Sud et dans les pays voisins" et selon le journal, les enquêteurs libyens sont convaincus de pouvoir mettre la main sur plus d'un milliard de dollars en argent liquide, or, diamants, le tout déposé dans quatre banques et deux sociétés de dépôt de valeurs sud-africaines.

Les enquêteurs ont été mis sur la piste par un ancien chef des services de renseignement arrêté en mars en 2012 pour crimes contre l'humanité et en attente de jugement en Libye, Abdallah al-Senoussi, indique le quotidien dominical.

L'un des comptes serait libellé au nom d'un ancien général libyen, oncle du colonel Kadhafi.

Une partie de ce trésor serait possédée par Bachir Saleh, ex-trésorier du régime de Kadhafi, recherché par la Libye et visé par Interpol sous le nom de Bashir Al-Shrkawi pour des fraudes financières et des actes criminels.

Malgré ce mandat d'arrêt, le fugitif se promènerait en Afrique du Sud sans être inquiété, se déplaçant régulièrement au Niger et au Swaziland: il aurait été vu à Mangaung durant les festivités du centenaire de l'ANC en janvier 2012, souligne le Sunday Times.

Le principal parti d'opposition sud-africain, Alliance Démocratique, a demandé à la police d'expliquer pourquoi M. Saleh n'avait pas été arrêté, et comment une personnalité parmi les plus recherchées dans le monde a pu être invitée à un dîner de l'ANC, et aperçue également durant un sommet international à Durban cette année. "Cela dénote d'une personne ayant des connections haut placées avec le gouvernement actuel", a critiqué Dianne Kohler Barnard, député de l'Alliance Démocratique, dans un communiqué

Interrogé par l'agence sud-africaine, un porte-parole de la police nationale Phuti Setati a indiqué n'avoir aucune information à ce sujet: "Je ne suis pas au courant de ces allégations, et je peux donc faire aucun commentaire", a-t-il dit à Sapa.

AFP

Première publication : 02/06/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Seïf al-Islam Kadhafi ne peut pas être jugé en Libye, estime la CPI

    En savoir plus

  • LIBYE - REPORTAGE

    Benghazi entre souvenir et contestation, deux ans après la révolution libyenne

    En savoir plus

  • LIBYE

    La Libye célèbre le deuxième anniversaire de la révolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)