Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

Economie

Livre électronique : Apple dans le collimateur de la justice américaine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2013

Apple comparaît, à partir de ce lundi, devant la justice américaine pour s'être illégalement entendue avec de grandes maisons d'édition dans le but de relever le prix des livres électroniques.

Apple de nouveau sur le grill aux États-Unis. Après les pratiques fiscales de la marque à la pomme, c'est cette fois son rôle dans la fixation des prix des livres électroniques qui intéresse les autorités américaines.

L'inventeur de l'iPad comparaît, ainsi, devant un tribunal new-yorkais depuis ce lundi 3 juin pour s'être entendu de façon illicite avec cinq grandes maisons d'édition afin de relever le prix des e-books au détriment des consommateurs. La marque à la pomme est la seule entreprise à répondre de ses actes devant la justice, les cinq éditeurs impliqués dans l'affaire ayant préféré passer un accord amiable avec les autorités.

Le français Hachette, les américains HarperCollins (groupe News Corp) et Simon and Schuster (CBS), le britannique Penguin (Pearson) et une filiale de l'allemand Bertelsmann, Macmillan, ont tous accepté de modifier leurs pratiques et de verser, au total, quelque 170 millions de dollars d'amendes et de dédommagements pour les consommateurs lésés.

Au détriment d'Amazon

Apple est accusé par le ministère américain de la Justice et plusieurs États américains d'avoir joué un rôle central de coordination dans une entente avec les éditeurs en vue d'augmenter le prix des livres électroniques lorsqu'il préparait le lancement en 2010 de sa tablette informatique iPad.

Le marché était à l'époque dominé par Amazon et sa liseuse Kindle, lancée en 2007. Mais le distributeur en ligne avait plus ou moins imposé un prix de vente au détail de 9,99 dollars, jugé trop bas par les éditeurs.

Ces derniers craignaient que cela ne nuise à long terme à leurs bénéfices, y compris en entraînant par contagion une baisse des tarifs pour les livres imprimés.

Selon l'accusation, l'entente impliquant notamment Apple a obligé les consommateurs américains à payer "des dizaines de millions de dollars de plus" pour leurs livres électroniques en faisant grimper les prix à des niveaux situés entre 12,99 et 14,99 dollars.

Les détaillants comme Amazon, qui payaient jusqu'alors un prix de gros aux éditeurs et choisissaient librement celui de revente au détail, se sont en effet vu imposer un nouveau modèle : en coordination avec Apple, les éditeurs ont tous en même temps décidé de fixer les prix eux-mêmes et de reverser une commission aux revendeurs - à hauteur de 30 % dans le cas d'Apple.

"Conclusions déraisonnables"

L'accusation entend démontrer qu'Apple savait pertinemment que les acheteurs seraient lésés. Parmi les éléments versés au dossier figure un message aux éditeurs de son ex-patron, Steve Jobs, où celui-ci évoque "un modèle (...) où vous fixez le prix et où nous avons nos 30 %, et où, oui, le consommateur paye un peu plus".

Le successeur de Steve Jobs, Tim Cook, a encore assuré la semaine dernière que son groupe n'avait "rien fait de mal" et comptait "se battre".

Dans un document résumant sa défense et transmis à la justice le 16 mai, Apple évoque des "conclusions déraisonnables à partir d'un patchwork de preuves ambiguës". Il affirme avoir agi "de manière indépendante" et avoir même œuvré en faveur de la concurrence en étant le premier à remettre vraiment en cause la position dominante d'Amazon.

"Ça va être difficile pour Apple de s'en sortir", juge toutefois Roger Kay, un analyste de Endpoint Technologies Associates, qui prévient qu'au-delà d'éventuelles conséquences financières, une condamnation "nuirait de manière importante à la réputation de l'entreprise".

Avec dépêches

Première publication : 03/06/2013

  • TECHNOLOGIES

    Apple à son tour dans le collimateur de la Commission européenne

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Apple est le roi des "manipulateurs" fiscaux selon le Sénat américain

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Tim Cook est-il devenu le maillon faible d’Apple ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)