Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Economie

Livre électronique : Apple dans le collimateur de la justice américaine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2013

Apple comparaît, à partir de ce lundi, devant la justice américaine pour s'être illégalement entendue avec de grandes maisons d'édition dans le but de relever le prix des livres électroniques.

Apple de nouveau sur le grill aux États-Unis. Après les pratiques fiscales de la marque à la pomme, c'est cette fois son rôle dans la fixation des prix des livres électroniques qui intéresse les autorités américaines.

L'inventeur de l'iPad comparaît, ainsi, devant un tribunal new-yorkais depuis ce lundi 3 juin pour s'être entendu de façon illicite avec cinq grandes maisons d'édition afin de relever le prix des e-books au détriment des consommateurs. La marque à la pomme est la seule entreprise à répondre de ses actes devant la justice, les cinq éditeurs impliqués dans l'affaire ayant préféré passer un accord amiable avec les autorités.

Le français Hachette, les américains HarperCollins (groupe News Corp) et Simon and Schuster (CBS), le britannique Penguin (Pearson) et une filiale de l'allemand Bertelsmann, Macmillan, ont tous accepté de modifier leurs pratiques et de verser, au total, quelque 170 millions de dollars d'amendes et de dédommagements pour les consommateurs lésés.

Au détriment d'Amazon

Apple est accusé par le ministère américain de la Justice et plusieurs États américains d'avoir joué un rôle central de coordination dans une entente avec les éditeurs en vue d'augmenter le prix des livres électroniques lorsqu'il préparait le lancement en 2010 de sa tablette informatique iPad.

Le marché était à l'époque dominé par Amazon et sa liseuse Kindle, lancée en 2007. Mais le distributeur en ligne avait plus ou moins imposé un prix de vente au détail de 9,99 dollars, jugé trop bas par les éditeurs.

Ces derniers craignaient que cela ne nuise à long terme à leurs bénéfices, y compris en entraînant par contagion une baisse des tarifs pour les livres imprimés.

Selon l'accusation, l'entente impliquant notamment Apple a obligé les consommateurs américains à payer "des dizaines de millions de dollars de plus" pour leurs livres électroniques en faisant grimper les prix à des niveaux situés entre 12,99 et 14,99 dollars.

Les détaillants comme Amazon, qui payaient jusqu'alors un prix de gros aux éditeurs et choisissaient librement celui de revente au détail, se sont en effet vu imposer un nouveau modèle : en coordination avec Apple, les éditeurs ont tous en même temps décidé de fixer les prix eux-mêmes et de reverser une commission aux revendeurs - à hauteur de 30 % dans le cas d'Apple.

"Conclusions déraisonnables"

L'accusation entend démontrer qu'Apple savait pertinemment que les acheteurs seraient lésés. Parmi les éléments versés au dossier figure un message aux éditeurs de son ex-patron, Steve Jobs, où celui-ci évoque "un modèle (...) où vous fixez le prix et où nous avons nos 30 %, et où, oui, le consommateur paye un peu plus".

Le successeur de Steve Jobs, Tim Cook, a encore assuré la semaine dernière que son groupe n'avait "rien fait de mal" et comptait "se battre".

Dans un document résumant sa défense et transmis à la justice le 16 mai, Apple évoque des "conclusions déraisonnables à partir d'un patchwork de preuves ambiguës". Il affirme avoir agi "de manière indépendante" et avoir même œuvré en faveur de la concurrence en étant le premier à remettre vraiment en cause la position dominante d'Amazon.

"Ça va être difficile pour Apple de s'en sortir", juge toutefois Roger Kay, un analyste de Endpoint Technologies Associates, qui prévient qu'au-delà d'éventuelles conséquences financières, une condamnation "nuirait de manière importante à la réputation de l'entreprise".

Avec dépêches

Première publication : 03/06/2013

  • TECHNOLOGIES

    Apple à son tour dans le collimateur de la Commission européenne

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Apple est le roi des "manipulateurs" fiscaux selon le Sénat américain

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Tim Cook est-il devenu le maillon faible d’Apple ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)