Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Baiji, ancienne vitrine industrielle, peine à retrouver sa splendeur d'antan

En savoir plus

EUROPE

Faute de preuves, la CPI reporte le procès de Laurent Gbagbo

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2013

Les juges de la Cour pénale internationale ont reporté le procès de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, ce lundi, estimant que le dossier de l'accusation n'est pas suffisamment étayé. L'accusation doit parfaire ses arguments d'ici au 15 novembre.

Le procès attendu de Laurent Gbagbo n’aura pas lieu… pour l’instant. Ce lundi 3 juin, la Cour pénale internationale (CPI) a donné à l'accusation jusqu'au 15 novembre pour compléter son dossier dans le procès prévu pour crimes contre l'humanité de l’ex-président ivoirien, estimant qu’il n’était pas suffisamment étayé pour justifier la tenue d'un procès.

En cause : les arguments fournis dans six domaines, notamment en ce qui concerne l'organisation des forces de Laurent Gbagbo durant le conflit et les cas présumés de violences sexuelles.

Les juges "demandent au procureur d'envisager de fournir des preuves supplémentaires ou de mener des enquêtes supplémentaires", a indiqué la CPI dans un communiqué. "La chambre a estimé que l'ensemble des preuves du procureur, bien qu'apparemment insuffisantes, ne semble pas manquer de pertinence et de valeur probante", les juges ne peuvent donc pas directement décider d'abandonner les poursuites contre M. Gbagbo, a précisé la même source.

"Échec cinglant" pour le procureur de la CPI

Selon Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye, il s’agit d’un "échec cinglant pour le procureur de la CPI". "Il est une nouvelle fois pointé pour la faiblesse de ses dossiers et de ses enquêtes. Plusieurs dossiers présentés au cours des deux dernières années ont effectivement abouti à des non lieux", explique-t-elle.

L'accusation reproche à Laurent Gbagbo, âgé de 68 ans et détenu à La Haye, d'avoir plongé son pays dans la guerre civile pour avoir refusé de céder le pouvoir après l'élection présidentielle de 2010 qu'il avait perdue. Il est, à ce jour, le seul ancien chef d'État à avoir comparu devant la CPI.

Avec dépêches

Première publication : 03/06/2013

  • DIPLOMATIE

    La CPI veut "terroriser les leaders africains" selon Omar el-Béchir

    En savoir plus

  • KENYA

    Nairobi demande l'abandon des poursuites de la CPI contre le président Kenyatta

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE - REPORTAGE

    Les corps de victimes de la crise ivoirienne remis aux familles symboliquement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)