Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Faute de preuves, la CPI reporte le procès de Laurent Gbagbo

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2013

Les juges de la Cour pénale internationale ont reporté le procès de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, ce lundi, estimant que le dossier de l'accusation n'est pas suffisamment étayé. L'accusation doit parfaire ses arguments d'ici au 15 novembre.

Le procès attendu de Laurent Gbagbo n’aura pas lieu… pour l’instant. Ce lundi 3 juin, la Cour pénale internationale (CPI) a donné à l'accusation jusqu'au 15 novembre pour compléter son dossier dans le procès prévu pour crimes contre l'humanité de l’ex-président ivoirien, estimant qu’il n’était pas suffisamment étayé pour justifier la tenue d'un procès.

En cause : les arguments fournis dans six domaines, notamment en ce qui concerne l'organisation des forces de Laurent Gbagbo durant le conflit et les cas présumés de violences sexuelles.

Les juges "demandent au procureur d'envisager de fournir des preuves supplémentaires ou de mener des enquêtes supplémentaires", a indiqué la CPI dans un communiqué. "La chambre a estimé que l'ensemble des preuves du procureur, bien qu'apparemment insuffisantes, ne semble pas manquer de pertinence et de valeur probante", les juges ne peuvent donc pas directement décider d'abandonner les poursuites contre M. Gbagbo, a précisé la même source.

"Échec cinglant" pour le procureur de la CPI

Selon Stéphanie Maupas, correspondante de FRANCE 24 à La Haye, il s’agit d’un "échec cinglant pour le procureur de la CPI". "Il est une nouvelle fois pointé pour la faiblesse de ses dossiers et de ses enquêtes. Plusieurs dossiers présentés au cours des deux dernières années ont effectivement abouti à des non lieux", explique-t-elle.

L'accusation reproche à Laurent Gbagbo, âgé de 68 ans et détenu à La Haye, d'avoir plongé son pays dans la guerre civile pour avoir refusé de céder le pouvoir après l'élection présidentielle de 2010 qu'il avait perdue. Il est, à ce jour, le seul ancien chef d'État à avoir comparu devant la CPI.

Avec dépêches

Première publication : 03/06/2013

  • DIPLOMATIE

    La CPI veut "terroriser les leaders africains" selon Omar el-Béchir

    En savoir plus

  • KENYA

    Nairobi demande l'abandon des poursuites de la CPI contre le président Kenyatta

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE - REPORTAGE

    Les corps de victimes de la crise ivoirienne remis aux familles symboliquement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)