Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

Amériques

Ouverture du procès de Bradley Manning, la "taupe" présumée de WikiLeaks

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2013

Bradley Manning, le soldat américain accusé d’avoir transmis des milliers de documents classifiés au site WikiLeaks, comparaît à partir de lundi devant une cour martiale pour un procès que ses partisans qualifient d'historique.

"Le procès du siècle est sur le point de commencer". C’est ainsi que le Réseau de soutien de Bradley Manning présente l’ouverture du procès, lundi, de ce soldat américain de 25 ans accusé d’avoir transmis des milliers de documents secrets de l’armée américaine au site fondé par Julian Assange.

La cour martiale de la base militaire de Fort Meade, près de Washington, aura environ trois mois pour déterminer si l’ancien analyste de renseignement est un "traitre" qui a transmis indirectement des informations classifiées à Al-Qaïda ou un patriote qui a permis de rendre publiques des bavures de l’armée américaine.

Le simple soldat, au corps frêle et au visage d'adolescent, encourt la réclusion criminelle à perpétuité au terme de ce procès devant la juge militaire Denise Lind.

Il est accusé de "collusion avec l'ennemi", en l'occurrence l'organisation terroriste Al-Qaïda, pour avoir livré au site internet WikiLeaks des milliers de documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que plus de 250 000 dépêches du département d'État.

Le gouvernement américain affirme que le soldat Manning a mis "sciemment" les États-Unis en danger en communiquant ces documents secrets, auxquels il avait accès dans le cadre de ses fonctions d'analyste du renseignement en Irak de novembre 2009 à son arrestation en mai 2010.

Une allégation que le gouvernement devra prouver au procès, a ordonné la juge lors d'une audience de préparation du procès.

Le jeune homme de 25 ans a "endossé l'entière responsabilité de ses actions" mais a catégoriquement nié avoir voulu "nuire" aux États-Unis. "Je croyais que la publication (des documents) pourrait provoquer un débat public sur nos forces armées et notre politique étrangère en général", a-t-il plaidé devant la juge, lors d'une de ses deux interventions en présence des médias.

Il plaidera coupable de dix chefs d'accusation mais se considère innocent des accusations de "collusion avec l'ennemi" ou "publication sur Internet de renseignements militaires en sachant qu'ils seront accessibles à l'ennemi", les plus lourdes des 22 charges.

Conditions "cruelles" d'incarcération

Il a ainsi reconnu "la transmission intentionnelle" d'une vidéo montrant la bavure d'un hélicoptère de combat tirant sur des civils en Irak en juillet 2007, ou encore de mémorandums relatifs à la guerre en Irak, en Afghanistan et aux détenus de Guantanamo.

Avec ce plaider-coupable partiel, la peine maximale encourue passe de 162 à 154 ans.

Le procès en cour martiale, prévu pour durer jusqu'au 23 août, devrait attirer chaque jour un rassemblement de soutien devant la base militaire de Fort Meade. Ce réseau de soutien proteste contre le "rythme d'escargot" auquel le soldat est jugé, selon l'expression de l'avocat de Manning, David Coombs. Il dénonce en outre la chape de plomb qui entoure les débats et leur couverture médiatique.

La juge Lind a d'ores et déjà annoncé que 24 témoins, parmi lesquels plusieurs ambassadeurs, responsables du Pentagone et du renseignement, s'exprimeraient à huis clos. Elle a prévenu qu'elle interdirait que les plaidoiries s'orientent vers un débat général sur la politique étrangère américaine.

Le témoignage, réclamé par l'accusation, d'un membre du commando qui a participé au raid contre le bunker d'Oussama ben Laden au Pakistan, sera aussi à huis clos. Ce soldat devrait s'exprimer "partiellement déguisé" et dans un "endroit sécurisé" sur les documents diffusés par WikiLeaks et retrouvés dans la cache de Ben Laden, attestant que les informations dévoilées par Manning étaient bien arrivées entre les mains d'Al-Qaïda.

Icône de la paix, selon ses partisans, Bradley Manning, qui s'était dit victime de quolibets à l'armée en tant qu'homosexuel, a été confiné à l'isolement pendant près de neuf mois à la prison militaire de Quantico, dans des conditions que le rapporteur de l'ONU sur la torture avait qualifiées de "cruelles, inhumaines et dégradantes".

La juge militaire lui a accordé près de quatre mois de remise de peine en raison de ces conditions d'incarcération "plus rigoureuses que nécessaire".

(Avec dépêches)

Première publication : 03/06/2013

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks : le soldat Bradley Manning va plaider coupable

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Première audition de Bradley Manning, la "taupe" présumée de WikiLeaks

    En savoir plus

  • GRANDE-BRETAGNE

    Assange pourrait quitter l'ambassade d'Équateur à Londres d'ici septembre 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)