Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Afrique

L’armée malienne à la reconquête de Kidal

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/06/2013

Après un attentat-suicide perpétré mardi dans la maison d'un colonel du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), à Kidal, l'armée malienne est partie à la reconquête de cette localité du Nord gérée par la rébellion touareg.

L'armée malienne a affirmé, ce mardi 4 juin, être partie à la reconquête de Kidal, dans le nord-est du pays, occupée par la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Un "grand nombre" de soldats "lourdement armés" est arrivé à Anefis, localité située à 150 km au nord de Gao, la plus grande ville du nord du Mali, et à 200 km au sud de Kidal, selon un habitant d'Anefis joint par l'AFP. Plus tôt dans la journée, un attentat-suicide avait visé la maison d'un chef militaire de la rébellion touarègue du MNLA.

"Ça s'est passé dans une maison", a déclaré un habitant de la ville à propos de l’attentat. Le porte-parole de l'armée malienne, Souleymane Maïga, a par ailleurs précisé qu'il s'agissait de celle "d'un colonel du MNLA qui se prénomme Malick". "Le kamikaze attendait quelqu'un dans la maison du colonel quand il a été surpris par des jeunes et a déclenché sa charge. Lui-même est mort et il y a un blessé", a ajouté M. Maïga, précisant que l'armée malienne pensait que le chef militaire pouvait être "un informateur" de l'armée française présente à Kidal.

Située à 1 500 km au nord-est de Bamako, la localité de Kidal est gérée par le MNLA, qui s'oppose à la présence des militaires et des autorités du Mali dans cette zone, mais abrite des bases des armées française et tchadienne qui en assurent la sécurité.

Paris n’a "aucune information"

Le porte-parole de l'état-major de l'armée française, le colonel Thierry Burkhard, a déclaré depuis Paris n'avoir "aucune information" sur des mouvements de troupes maliennes vers Kidal. "On n'a pas un Français derrière toutes les opérations de l'armée malienne. Il n'y a pas d'automaticité", que ce soit dans la connaissance des opérations maliennes ou dans le soutien de ces opérations par des soldats français, a-t-il cependant ajouté.

Le porte-parole de l'armée malienne a pour sa part préféré ne pas faire de commentaire sur un accord préalable de Paris au mouvement de l'armée malienne et sa collaboration éventuelle avec les soldats français à Kidal. "C'est un jeu d'équilibrisme (...) et cela se gère à un niveau politique. Mais ce qui est sûr, c'est que nous sommes sur notre territoire et nous ferons la reconquête au fur et à mesure de nos capacités", a-t-il affirmé.

Avec dépêches

Première publication : 04/06/2013

  • MALI

    Le MNLA et le Haut conseil de l'Azawad s'unissent et veulent garder le contrôle de Kidal

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Laurent Fabius veut "qu'on puisse voter partout au Mali", même à Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    Les Maliens se rendront bien aux urnes le 28 juillet pour élire leur président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)