Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Moyen-orient

L'offensive de l'armée syrienne contre la ville rebelle de Qousseir se poursuit

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/06/2013

Soutenue par le Hezbollah libanais, l'offensive syrienne contre la localité rebelle de Qousseir est entrée dans sa troisième semaine. Au nord-ouest d'Alep, 26 personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi par un missile.

L’offensive menée par l'armée syrienne, épaulée par le Hezbollah libanais, contre la ville rebelle de Qousseir (ouest) se poursuit. Dans le nord du pays, 26 personnes, dont six femmes et huit enfants, ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi par la chute d'un missile sol-sol sur Kfar Hamra, à l'entrée nord-ouest d'Alep, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Les forces du régime ont pris les vergers aux alentours et essaient de s'emparer de cette localité pour ensuite briser le siège imposé par les rebelles à Nubel et Zahra", deux villages chiites situés à une vingtaine de km au nord d'Alep.

Dans le centre, l'aviation a bombardé Qousseir où les rebelles sont désormais retranchés dans le nord de la ville, devenue emblématique tant pour le régime que pour les rebelles et située près de la frontière libanaise.

Genève 2

À Genève, la Commission d'enquête internationale sur la Syrie, chargée de relever les violations du droit international en Syrie, va présenter mardi à 8h00 (GMT) au Conseil des droits de l'homme de l'ONU ses dernières conclusions, qualifiées de "terrifiantes" par son président, PauloPinheiro. "Tout s'est aggravé depuis notre dernier rapport", publié en mars 2011, a déclaré M. Pinheiro qui dénonce, dans son 5e rapport, "la combinaison de sectarisme, de radicalisation, d'escalade des violations des droits de l'homme".

Un haut responsable de la Ligue arabe a mis en garde contre "un effondrement total" de la Syrie en cas d'échec de la tenue d'une conférence internationale de paix, dite Genève 2.

Une réunion préparatoire est prévue mercredi entre l'ONU, les États-Unis et la Russie, mais cette conférence, initialement programmée en juin, devrait être repoussée à juillet, selon les ministres français et allemand des Affaires étrangères.

Ce week-end, la Russie a bloqué un projet de déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU proposé par le Royaume-Uni qui "demandait au gouvernement syrien d'autoriser un accès immédiat, total et sans entrave" aux organisations humanitaires pour qu'elles puissent secourir les civils bloqués à Qousseir.

La Coalition de l'opposition syrienne a condamné la position russe, estimant que Moscou, fidèle allié du président Bachar al-Assad, "se tient contre le peuple syrien".

L'opposition fragilisée

Sur le plan politique, l'opposition, qui était arrivée à un compromis jeudi à Istanbul, a été fragilisée par le retrait d'une importante composante qui accuse certains dirigeants d'être animés par des ambitions personnelles. "Nous nous retirons de la Coalition [...] car elle ne peut pas représenter la révolution de manière authentique", a ainsi affirmé la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS).

Membre de la Coalition dès son origine, la CGRS est un réseau de militants présents à travers la Syrie et liés aux rebelles. "Des membres de la Coalition sont plus intéressés d'apparaître dans les médias que d'aider la révolution et beaucoup d'argent a été perdu car ils l'ont utilisé pour leurs intérêts personnels alors que le peuple syrien à l'intérieur manque de tout", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Renfort armé

Des responsables américains ont par ailleurs annoncé que les États-Unis allaient déployer des missiles Patriot et des avions de combat F-16 en Jordanie, pays frontalier de la Syrie, pour des manœuvres militaires, après lesquelles certains de ces équipements pourraient rester sur place.

Le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a de son côté affirmé que la livraison de systèmes russes de défense antiaériens de type S-300 à la Syrie ne pourrait pas intervenir avant 2014.

Le déploiement de S-300 compliquerait toute nouvelle frappe israélienne en Syrie, destinée, selon des responsables de l'État hébreu, à empêcher des transferts d'armes au Hezbollah.

Avec dépêches

 

 

Première publication : 04/06/2013

  • SYRIE

    Victoire stratégique de l'armée syrienne dans la bataille de Qousseir

    En savoir plus

  • SYRIE

    La ville de Qousseir théâtre de bombardements et de violents combats

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition appelle tous les rebelles à venir combattre "pour sauver Qousseir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)