Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Moyen-orient

Paris a la "certitude" que le régime syrien a utilisé du gaz sarin

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2013

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé ce mardi que, suite à des analyses effectuées en France, Paris avait la certitude que du gaz sarin a été utilisé en Syrie par le régime et ses complices.

Le ministre français des Affaires étrangères a fait état de "certitude", ce mardi 4 juin, quant à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie par les forces du président Assad, et plus précisément de gaz sarin, un puissant gaz neurotoxique, soulignant que "toutes les options sont sur la table".

S’appuyant sur des analyses effectuées dans un laboratoire français à partir d’échantillons rapportés, d’une part, par deux envoyés spéciaux du journal "Le Monde" depuis la banlieue de Damas et d’une source non identifiée, d’autre part, Laurent Fabius s’est montré ferme. "La France a désormais la certitude que le gaz sarin a été utilisé en Syrie à plusieurs reprises et de façon localisée", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Une ligne est incontestablement franchie"

"[Dans le cas des échantillons provenant de la source indéterminée], il ne fait aucun doute qu['ils ont été utilisés par le] régime et ses complices puisqu'on a l'intégralité de la chaîne, depuis le moment où l'attaque a lieu, le moment où les gens sont tués, [et le moment] où on a les prélèvements et où on les fait analyser", a expliqué Laurent Fabius sur France 2, mardi soir.

"Il y a une ligne qui est incontestablement franchie. Nous discutons avec nos partenaires de ce qu'il va falloir faire et toutes les options sont sur la table. Ou bien on décide de ne pas réagir ou bien on réagit, y compris d'une façon armée, là où est produit, où est stocké le gaz", a-t-il poursuivi, avant de nuancer : "Nous n'en sommes pas là".

Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie française avait, en outre, précisé que ces résultats d’analyses avaient été remis par ses soins, mardi matin, au chef de la mission d'enquête mise en place par le secrétaire général des Nations unies, le professeur Ake Sellström. Cette mission est chargée d'établir les faits sur les allégations d'emplois d'armes chimiques en Syrie. "Il serait inacceptable que les coupables de ces crimes puissent bénéficier de l'impunité", a-t-il expliqué.

Pour Washington, il n’y a pas assez de preuves

Les États-Unis, qui ont affirmé par le passé que le recours aux armes chimiques représentait une ligne rouge à ne pas franchir, restent, eux, prudents, affirmant que davantage de preuves sont nécessaires.

"Nous devons augmenter le faisceau des preuves en notre possession (...) avant de prendre une décision", a déclaré le porte-parole de Barack Obama, Jay Carney, lors de son point de presse quotidien. "Il nous faut enquêter davantage."

Par ailleurs, un rapport publié mardi par la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a répertorié l'usage d'agents chimiques à au moins quatre occasions, en mars et en avril : à Khan Al-Assal, près d'Alep, le 19 mars; à Uteibah, près de Damas, le 19 mars; dans le quartier de Cheikh Maqsoud, à Alep, 13 avril; et dans la ville de Saraqeb, le 29 avril.

Avec dépêches

 

 

Première publication : 04/06/2013

  • SYRIE

    Le gaz sarin, une arme de destruction massive

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les crimes contre l'humanité, une "réalité quotidienne" en Syrie, selon l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'offensive de l'armée syrienne contre la ville rebelle de Qousseir se poursuit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)