Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Chute de Qousseir : Bachar al-Assad "a marqué un point", selon Laurent Fabius

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2013

Invité de l'émission "Politiques" de FRANCE 24 ce mercredi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, est revenu sur la crise en Syrie, la situation en Turquie et la question malienne.

 

Selon le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, interrogé dans le cadre de l’émission "Politiques" de FRANCE 24, le président syrien Bachar al-Assad "a marqué un point" en reprenant la ville syrienne de Qousseir, jusque-là aux mains des rebelles. "C’est incontestable", a-t-il ajouté.
             
"Maintenant, dans l'histoire du conflit, de cette tragédie, on voit aussi qu'un certain nombre de villes qui avaient été prises ont été reprises" par la rébellion, a souligné le ministre français des Affaires étrangères.
             
"Pour lui [Bachar al-Assad, NDLR], c'était un objectif très important parce que, quand vous regardez la géographie, ça permet d'avoir une certaine continuité [territoriale, NDLR]", a précisé M. Fabius, qui a attribué la chute de Qousseir à un "déséquilibre des armes" entre les troupes régulières du régime et les rebelles.
 
Selon lui, le fait que l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien dans ce conflit soit avérée pourrait entraîner la Russie à revoir sa position sur le dossier. Jusqu'ici, Moscou a toujours soutenu son allié Bachar al-Assad. "Travaillons avec nos partenaires et, quand je dis nos partenaires, c’est un point auquel il faut être très attentif. Il s'agit non seulement de nos alliés traditionnels comme les Américains, les Britanniques, etc., mais aussi les Russes car, faites bien attention à cela, les Russes ont déclaré qu’ils considéraient de manière générale que l’utilisation des armes chimiques était inacceptable", a-t-il expliqué.
 
Sur la situation en Turquie, secouée depuis six jours par des manifestations antigouvernementales inédites, le ministre a rejeté toute comparaison "rapide" avec le printemps arabe, tout en rappelant que Paris avait appelé à la retenue. Sondé sur le fait de savoir si la Turquie était une démocratie, le chef de la diplomatie française a répondu qu’il s’agissait "d’un système qu’il faudra qualifier".
 
Enfin, concernant la question malienne, Laurent Fabius s’est dit confiant quant à la tenue d’élections fin juillet. "Techniquement, cela est tout à fait possible", encore faut-il qu’elles puissent avoir lieu sur l’ensemble du territoire, a-t-il ajouté.

 

Première publication : 05/06/2013

  • SYRIE

    Paris a la "certitude" que le régime syrien a utilisé du gaz sarin

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Laurent Fabius veut "qu'on puisse voter partout au Mali", même à Kidal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)