Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

FRANCE

Chute de Qousseir : Bachar al-Assad "a marqué un point", selon Laurent Fabius

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2013

Invité de l'émission "Politiques" de FRANCE 24 ce mercredi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, est revenu sur la crise en Syrie, la situation en Turquie et la question malienne.

 

Selon le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, interrogé dans le cadre de l’émission "Politiques" de FRANCE 24, le président syrien Bachar al-Assad "a marqué un point" en reprenant la ville syrienne de Qousseir, jusque-là aux mains des rebelles. "C’est incontestable", a-t-il ajouté.
             
"Maintenant, dans l'histoire du conflit, de cette tragédie, on voit aussi qu'un certain nombre de villes qui avaient été prises ont été reprises" par la rébellion, a souligné le ministre français des Affaires étrangères.
             
"Pour lui [Bachar al-Assad, NDLR], c'était un objectif très important parce que, quand vous regardez la géographie, ça permet d'avoir une certaine continuité [territoriale, NDLR]", a précisé M. Fabius, qui a attribué la chute de Qousseir à un "déséquilibre des armes" entre les troupes régulières du régime et les rebelles.
 
Selon lui, le fait que l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien dans ce conflit soit avérée pourrait entraîner la Russie à revoir sa position sur le dossier. Jusqu'ici, Moscou a toujours soutenu son allié Bachar al-Assad. "Travaillons avec nos partenaires et, quand je dis nos partenaires, c’est un point auquel il faut être très attentif. Il s'agit non seulement de nos alliés traditionnels comme les Américains, les Britanniques, etc., mais aussi les Russes car, faites bien attention à cela, les Russes ont déclaré qu’ils considéraient de manière générale que l’utilisation des armes chimiques était inacceptable", a-t-il expliqué.
 
Sur la situation en Turquie, secouée depuis six jours par des manifestations antigouvernementales inédites, le ministre a rejeté toute comparaison "rapide" avec le printemps arabe, tout en rappelant que Paris avait appelé à la retenue. Sondé sur le fait de savoir si la Turquie était une démocratie, le chef de la diplomatie française a répondu qu’il s’agissait "d’un système qu’il faudra qualifier".
 
Enfin, concernant la question malienne, Laurent Fabius s’est dit confiant quant à la tenue d’élections fin juillet. "Techniquement, cela est tout à fait possible", encore faut-il qu’elles puissent avoir lieu sur l’ensemble du territoire, a-t-il ajouté.

 

Première publication : 05/06/2013

  • SYRIE

    Paris a la "certitude" que le régime syrien a utilisé du gaz sarin

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Laurent Fabius veut "qu'on puisse voter partout au Mali", même à Kidal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)