Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Chute de Qousseir : Bachar al-Assad "a marqué un point", selon Laurent Fabius

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/06/2013

Invité de l'émission "Politiques" de FRANCE 24 ce mercredi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, est revenu sur la crise en Syrie, la situation en Turquie et la question malienne.

 

Selon le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, interrogé dans le cadre de l’émission "Politiques" de FRANCE 24, le président syrien Bachar al-Assad "a marqué un point" en reprenant la ville syrienne de Qousseir, jusque-là aux mains des rebelles. "C’est incontestable", a-t-il ajouté.
             
"Maintenant, dans l'histoire du conflit, de cette tragédie, on voit aussi qu'un certain nombre de villes qui avaient été prises ont été reprises" par la rébellion, a souligné le ministre français des Affaires étrangères.
             
"Pour lui [Bachar al-Assad, NDLR], c'était un objectif très important parce que, quand vous regardez la géographie, ça permet d'avoir une certaine continuité [territoriale, NDLR]", a précisé M. Fabius, qui a attribué la chute de Qousseir à un "déséquilibre des armes" entre les troupes régulières du régime et les rebelles.
 
Selon lui, le fait que l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien dans ce conflit soit avérée pourrait entraîner la Russie à revoir sa position sur le dossier. Jusqu'ici, Moscou a toujours soutenu son allié Bachar al-Assad. "Travaillons avec nos partenaires et, quand je dis nos partenaires, c’est un point auquel il faut être très attentif. Il s'agit non seulement de nos alliés traditionnels comme les Américains, les Britanniques, etc., mais aussi les Russes car, faites bien attention à cela, les Russes ont déclaré qu’ils considéraient de manière générale que l’utilisation des armes chimiques était inacceptable", a-t-il expliqué.
 
Sur la situation en Turquie, secouée depuis six jours par des manifestations antigouvernementales inédites, le ministre a rejeté toute comparaison "rapide" avec le printemps arabe, tout en rappelant que Paris avait appelé à la retenue. Sondé sur le fait de savoir si la Turquie était une démocratie, le chef de la diplomatie française a répondu qu’il s’agissait "d’un système qu’il faudra qualifier".
 
Enfin, concernant la question malienne, Laurent Fabius s’est dit confiant quant à la tenue d’élections fin juillet. "Techniquement, cela est tout à fait possible", encore faut-il qu’elles puissent avoir lieu sur l’ensemble du territoire, a-t-il ajouté.

 

Première publication : 05/06/2013

  • SYRIE

    Paris a la "certitude" que le régime syrien a utilisé du gaz sarin

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Laurent Fabius veut "qu'on puisse voter partout au Mali", même à Kidal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)