Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Agressé par des skinheads, un militant d'extrême gauche en état de mort cérébrale

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/06/2013

Trois skinheads ont violemment agressé jeudi un jeune militant d'extrême gauche, actuellement en état de mort cérébrale. Manuel Valls, qui a vivement condamné l'acte, a dit vouloir éradiquer la violence portant "la marque de l'extrême droite".

Un militant d'extrême gauche a été violemment agressé mercredi 5 juin à Paris. Le jeune homme se trouvait jeudi matin en état de mort cérébrale.Selon une source

Photo de l'étudiant, Clément Méric, battu à mort par des skinheads

policière, une vente de vêtements privée était organisée mercredi rue Caumartin (IXe arrondissement) à laquelle assistaient plusieurs personnes, des jeunes gens pour la plupart dont la victime qui était avec trois autres camarades. Trois jeunes gens "de type skinhead", dont une femme, sont arrivés sur les lieux et il y a eu invectives, bousculades et échanges de mots entre ces deux groupes de jeunes, selon les premiers éléments de l'enquête se basant pour l'heure sur de "nombreux témoignages directs".

Toujours selon les premiers éléments de l'enquête, les skinheads sont sortis et ont attendu "avec des renforts" dehors, devant le magasin, ce groupe de quatre jeunes gens avec qui il y avait eu des échanges "très houleux". La victime "a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain et a chuté sur la chaussée en heurtant un plot au passage".

Manuel Valls dénonce la marque de l’extrême droite

Le ministre de l'Intérieur, qui s’est exprimé via un communiqué, a tout d’abord dit sa "totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite". "Manuel Valls souhaite que les investigations, menées par les policiers du 1er district de police judiciaire sous l'autorité du procureur de la République, permettent d'interpeller dans les meilleurs délais les responsables de ces faits intolérables, afin qu'ils répondent de leurs actes devant la justice", selon la Place Beauvau. Le ministre de l'Intérieur a enfin réaffirmé "sa totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite et met gravement en danger notre pacte républicain".

Marine Le Pen nie tout lien que l’on pourrait établir entre l’agression et son parti. Le Front national n'a "aucun rapport" avec l'agression "épouvantable" de ce militant, a déclaré la chef du parti frontiste.

Le Parti de gauche (PG) a, quant à lui, appelé à un rassemblement pour commémorer la mémoire du jeune homme. "Le Parti de gauche appelle tous ceux qui sont bouleversés par ce crime odieux et qui exigent la dissolution des groupes d'extrême droite responsables de la mort de Clément, à se retrouver jeudi 6 juin à 18h30 Place Saint-Michel", peut-on lire dans un communiqué du PG.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 06/06/2013

COMMENTAIRE(S)