Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Asie - pacifique

Aung Suu Kyi annonce qu'elle veut briguer la présidence

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2013

À deux ans de la présidentielle birmane, Aung San Suu Kyi a annoncé qu'elle souhaitait se porter candidate. L'actuelle Constitution qui interdit à tout Birman marié à un étranger de se présenter ne lui permet pourtant pas.

La chef de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi a déclaré jeudi qu'elle souhaitait briguer le poste de président, à deux ans des élections de 2015, considérées comme potentiellement le premier scrutin libre dans le pays depuis plus de 50 ans.

"Je veux être candidate à la présidence et je suis assez claire sur le sujet", a-t-elle déclaré lors d'un discours devant le Forum économique mondial sur l'Asie de l'Est, organisé dans la capitale Naypyidaw.

La lauréate du prix Nobel de la paix était devenue députée en avril 2012 lors de législatives partielles, après 15 ans de privation de liberté sous l'ancienne junte. Elle avait plusieurs fois laissé entendre que sa candidature à la présidence était inévitable.

"Si je prétendais que je ne voulais pas être présidente, je ne serais pas honnête", a-t-elle ajouté devant près d'un millier de délégués venus de plus de 50 pays pour ce "Davos asiatique".

Elle a cependant rappelé que la Constitution actuelle interdisait à un Birman marié à un étranger de briguer le poste suprême. Or, son époux Michael Aris, aujourd'hui décédé, était de nationalité britannique, tout comme leurs deux enfants.

"Pour que je sois éligible à la présidence, la Constitution doit être amendée, a-t-elle convenue.

AFP

Première publication : 06/06/2013

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi, réélue à la tête du LND, appelle à l’unité de son parti

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Aung San Suu Kyi reçue avec les honneurs à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • FRANCE

    La "Dame de Rangoun" reçue en grande pompe à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)