Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Michel Barnier : "Le grignotage de l’Ukraine n’est pas acceptable"

En savoir plus

Asie - pacifique

Aung Suu Kyi annonce qu'elle veut briguer la présidence

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2013

À deux ans de la présidentielle birmane, Aung San Suu Kyi a annoncé qu'elle souhaitait se porter candidate. L'actuelle Constitution qui interdit à tout Birman marié à un étranger de se présenter ne lui permet pourtant pas.

La chef de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi a déclaré jeudi qu'elle souhaitait briguer le poste de président, à deux ans des élections de 2015, considérées comme potentiellement le premier scrutin libre dans le pays depuis plus de 50 ans.

"Je veux être candidate à la présidence et je suis assez claire sur le sujet", a-t-elle déclaré lors d'un discours devant le Forum économique mondial sur l'Asie de l'Est, organisé dans la capitale Naypyidaw.

La lauréate du prix Nobel de la paix était devenue députée en avril 2012 lors de législatives partielles, après 15 ans de privation de liberté sous l'ancienne junte. Elle avait plusieurs fois laissé entendre que sa candidature à la présidence était inévitable.

"Si je prétendais que je ne voulais pas être présidente, je ne serais pas honnête", a-t-elle ajouté devant près d'un millier de délégués venus de plus de 50 pays pour ce "Davos asiatique".

Elle a cependant rappelé que la Constitution actuelle interdisait à un Birman marié à un étranger de briguer le poste suprême. Or, son époux Michael Aris, aujourd'hui décédé, était de nationalité britannique, tout comme leurs deux enfants.

"Pour que je sois éligible à la présidence, la Constitution doit être amendée, a-t-elle convenue.

AFP

Première publication : 06/06/2013

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi, réélue à la tête du LND, appelle à l’unité de son parti

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Aung San Suu Kyi reçue avec les honneurs à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • FRANCE

    La "Dame de Rangoun" reçue en grande pompe à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)