Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Afrique

Londres annonce près de 20 millions de livres d'indemnisation pour les Kényans

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2013

Après avoir exprimé ses "sincères regrets", le gouvernement britannique a annoncé jeudi qu'il indemniserait les victimes de l’insurrection Mau Mau des années 1950, à hauteur de 20 millions de livres.

Londres a finalement accepté jeudi d'indemniser financièrement plusieurs milliers de Kényans, une soixantaine d'années après la répression sanglante de l'insurrection des Mau Mau, une page particulièrement sombre de l'histoire coloniale britannique.

A Nairobi, environ 160 anciens guérilleros Mau Mau, certains très âgés, ont accueilli la nouvelle avec une intense émotion et une grande fierté.

Le gouvernement britannique a annoncé un accord d'un montant de 19,9 millions de livres (23,5 millions d'euros). Mais une fois les frais d'avocats payés, 5.228 plaignants se partageront en fait 13,9 millions de livres. Chacun d'entre eux recevra environ 2.600 livres, a précisé Martyn Day, avocat britannique les représentant.

"Le gouvernement reconnaît que des Kényans ont été soumis à des tortures et à d'autres formes de mauvais traitements lorsqu'ils étaient entre les mains de l'administration coloniale", a déclaré le chef de la diplomatie britannique, William Hague, devant la Chambre des Communes à Londres.

Au cours de cette intervention, qui fait suite à une bataille judiciaire de quatre ans engagée par des victimes, le ministre a exprimé les "regrets sincères" du gouvernement, sans aller toutefois jusqu'à présenter des excuses complètes.

"Je rends grâce au ciel que nous soyons encore en vie aujourd'hui pour vivre cela et que nous soyons indemnisés pour les atrocités qui ont été commises", s'est réjoui à Nairobi Habil Molo Ogola, âgé de 78 ans.

Le vieil homme a expliqué à l'AFP qu'après avoir tenté d'aider des prisonniers Mau Mau à s'échapper, il avait été détenu pendant trois ans et avait subi des tortures.

Gitu wa Kahengeri, porte-parole d'une association de vétérans Mau Mau, âgé de près de 90 ans, a lui salué "un grand jour". "Le gouvernement britannique a compris que nous avons besoin de justice. C'est le début d'une réconciliation entre les Mau Mau et le gouvernement britannique. C'est formidable pour nous qui avons lutté pour l'indépendance", a-t-il dit.

Au moins 10.000 personnes, selon l'estimation la plus basse, ont trouvé la mort pendant l'insurrection Mau Mau (1952-1960) contre le régime colonial, brutalement réprimée. A l'époque, l'attention internationale s'était surtout focalisée sur la mort de 32 colons blancs pendant la révolte.

Un grand nombre de plaignants kényans n'ont apparemment jamais porté d'armes, mais ils ont été maltraités après avoir été accusés de nourrir et d'aider les rebelles, qui menaient des attaques pour récupérer les terres fertiles des colons blancs.

Les tortures infligées aux insurgés incluaient "la castration, le viol, des violences répétées de la pire espèce", selon Martyn Day.

Pendant cette période sanglante, des dizaines de milliers de personnes ont été détenues, dont le grand-père du président américain, Barack Obama.

Le prix Nobel de la paix Desmond Tutu a salué l'"accord capital" annoncé jeudi, estimant qu'il faisait office de "baume pour les victimes et les auteurs de mauvais traitements choquants".

C'est "un moment historique", a réagi le cabinet britannique Leigh Day, représentant les victimes. "Il est courageux de reconnaître publiquement pour la première fois la nature horrible du passé du Royaume-Uni au Kenya", a déclaré Martyn Day, estimant que la somme par plaignant n'était "pas énorme", mais "relativement significative".

Selon lui, cette décision d'indemniser les victimes de tortures pourrait mener des ressortissants d'anciennes colonies britanniques à envisager une action contre Londres, au Yémen, en Palestine, en Malaisie et à Chypre notamment. Mais William Hague a estimé que l'accord annoncé jeudi ne créait pas "un précédent" susceptible de faire jurisprudence dans d'autres dossiers relatifs à l'ex-empire.

Ces indemnisations mettent un terme à la procédure judiciaire engagée à Londres par les Kényans accusant les forces impériales britanniques de leur avoir fait subir des tortures et des sévices sexuels.

Jusqu'alors le Foreign Office avait fait valoir que le gouvernement kényan avait hérité de la responsabilité des faits commis pendant la période coloniale au moment de l'accession du pays à l'indépendance en 1963.

Outre les sommes annoncées au titre de réparation, qui représentent par personne environ trois fois et demi le salaire annuel d'un fonctionnaire kényan de base, le gouvernement britannique a indiqué qu'il aiderait à la construction d'un mémorial à Nairobi pour les victimes de tortures et de mauvais traitements pendant l'ère coloniale.

AFP

Première publication : 06/06/2013

COMMENTAIRE(S)