Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-orient

Le nouveau gouvernement de l'Autorité palestinienne a prêté serment

© AFP | Rami Hamdallah

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2013

Le nouveau Premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah et son gouvernement ont prêté serment à Ramallah, jeudi. Un de ses principaux défis sera de trouver un accord avec les islamistes du Hamas qui font la loi dans la bande de Gaza.

Les 24 membres du gouvernement de l'Autorité palestinienne, dirigé par l'universitaire Rami Hamdallah, et formé pour l'essentiel de ministres sortants, ont prêté serment sur le Coran, jeudi 6 juin au soir, à Ramallah, en Cisjordanie, en présence du président Mahmoud Abbas.

Parmi les nouveaux entrants, outre le Premier ministre qui a succédé le 2 juin à Salam Fayyad, démissionnaire, figurent deux vice-Premiers ministres, Mohammad Moustapha, président du Fonds d'investissement de Palestine (FIP) et conseiller économique de Mahmoud Abbas et le député Ziad Abou. Un banquier, Choukri Bichara, est nommé ministre des Finances. Le portefeuille des Affaires sociales revient, quant à lui, à Kamal al-Charafi, celui de la Santé à Jawad Awad, celui des Collectivités locales à Saëd al-Koni et celui des Transports à Nabil Dhamidi. L'actuel titulaire des Transports Ali Zidane passe à l'Education, qu'il cumule avec l'Enseignement supérieur. La Culture et l'Environnement sont ramenés du rang de ministères à celui de départements gouvernementaux.

Reconciliation nécessaire avec le Hamas

Rami Hamdallah, un universitaire respecté mais peu connu à l'étranger, a assuré qu'il conduirait un "gouvernement pour une période transitoire" avant de céder la place à un exécutif d'union nationale, en vue de la réconciliation avec le Hamas islamiste.

"Il aurait mieux valu que ce gouvernement soit un gouvernement d'union nationale, mais nous n'y sommes pas parvenus, faute d'accord du Hamas sur la tenue d'élections parce que le Hamas n'est pas d'accord jusqu'à présent pour tenir des élections", a déclaré Mahmoud Abbas lors de la première réunion du gouvernement.

Lors d'une réunion au Caire le 14 mai, le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et de la bande de Gaza, se sont donnés trois mois pour appliquer les principales clauses de leurs accords de réconciliation, constamment reportées depuis plus de deux ans.

"Soyons optimistes et espérons que nous parviendrons à un gouvernement d'union le 14 août, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour cela. Je demande à tous les mouvements palestiniens de travailler ensemble pour mettre fin à cette triste situation de division", a déclaré mercredi Rami Hamdallah, interrogé sur son éventuel maintien si l'échéance du 14 août était dépassée.

Les accords de réconciliation signés au Caire (avril/mai 2011) et à Doha (février 2012) prévoient que les gouvernements rivaux du Fatah et du Hamas cèdent la place à un exécutif transitoire non partisan chargé d'organiser des élections générales.

Avec dépêches

Première publication : 07/06/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Rami Hamdallah, universitaire peu charismatique nommé Premier ministre

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas nomme un universitaire au poste de Premier ministre

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Israël - Palestine : le pessimisme de Charles Enderlin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)