Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Le renseignement américain puise dans les données de Facebook et Google

© AFP

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/06/2013

Selon "The Guardian" et le "Washington Post", l'agence américaine de renseignement, la National Security Agency (NSA), surveille les communications de non-Américains qui transitent par les services de Google, Facebook, Yahoo ou encore Microsoft.

 
Il s’appelle Prism, et ce programme top secret des services américains de renseignement a de quoi faire saliver les amateurs de cybersurveillance et effrayer ceux qui pensaient communiquer en ligne en toute intimité.
 
Depuis 2007, et avec la bénédiction d’un juge fédéral, la NSA (National Security Agency - agence pour la sécurité nationale) collecte régulièrement la plupart des échanges électroniques effectués par des internautes qui ne sont pas citoyens américains, affirment le quotidien britannique “The Guardian” et le journal américain “The Washington Post”.
 
Ces espions américains spécialisés dans les télécommunications peuvent, d’après des documents top secret de la NSA publiés par ces deux journaux, se servir sur les serveurs de la plupart des géants du Net américains. Ils sont en mesure de consulter les emails, chats, activités sur les réseaux sociaux, vidéo, photos, coups de fils passés par Internet qui transitent par les services de Microsoft, Yahoo, Google, Facebook, Skype, AOL et PalTalk (un chat vidéo qui a connu ses heures de gloires pendant les printemps arabes).
 
Coup dur pour Obama
 
Un rapport demandé au service d'écoutes britanniques

L'agence officielle chargée des écoutes au Royaume-Uni va remettre dans les prochains jours un rapport au Parlement pour éclaircir ses liens éventuels avec le programme Prism d'espionnage d'Internet utilisé par les renseignements américains. La Commission parlementaire sur le renseignement et la sécurité "va recevoir un rapport complet du GCHQ", le Service gouvernemental des communications, "très rapidement et décidera quelles mesures doivent être prises dès qu'elle sera en possession de ces informations", a indiqué le président de la commission, Malcolm Rifkind

“C’est probablement le programme de surveillance le plus important de l’histoire récente des États-Unis”, assure le Washington Post. “Prism permet à la NSA de surveiller les télécommunications sans avoir besoin d’obtenir l’accord des fournisseurs de contenus et sans avoir à demander un mandat pour chaque écoute”, précise The Guardian.
 
Grâce à ce programme, la NSA “peut littéralement observer ce que vous dites en ligne pendant que vous le tapez à l’écran”, a souligné au Washington Post l’officier américain qui a transmis ces documents aux deux médias.
 
Pour les services américains de renseignement et la Maison Blanche, c’est un coup dur qui arrive au lendemain d’un premier pavée dans la mare de la cybersurveillance “Made in USA”. La veille, le président américain Barack Obama avait, en effet, dû reconnaître que la NSA collectait en secret un grand nombre de données à chaque fois que des Américains passaient des coups de téléphone. Un aveu forcé par des révélations du Guardian.
 
"Péril pour notre sécurité nationale"
 
Face à ce nouveau tollé, le chef de l’État américain a défendu la légalité et l’importance de ces collectes secrètes de données qui, selon lui, permettent de prévenir des attentats terroristes. Barack Obama s’est voulu rassurant en expliquant à ses concitoyens que seules les communications des étrangers sont contrôlées.

"Personne n'écoute vos appels téléphoniques", a-t-il déclaré lors d’un déplacement en Californie. "La communauté du renseignement examine les numéros de téléphone et la durée des appels. Ils ne regardent pas le nom des gens. Et ils n'examinent pas le contenu."

Cette fois-ci, les services de renseignement eux mêmes sont montés au créneau pour défendre Prism. James R. Clapper, directeur du renseignement national américain a tout d’abord mis en cause les deux journaux à l’origine de l’affaire. “Ces révélations non autorisées mettent en péril nos efforts pour identifier les menaces sur notre sécurité nationale”, écrit-il dans un communiqué publié en ligne. Il ajoute que les articles incriminés contiennent “des erreurs” et souligne que Prism agit dans la légalité la plus totale. Le programme “est mené sous l’autorité du Congrès [américain]”, explique-t-il ajoutant que la Cour de surveillance du renseignement extérieur - qui siège en secret - surveille qu’il n’y a pas d’abus dans l’utilisation des données collectées. Enfin, James R. Clapper s’est voulu rassurant... pour les citoyens américains. Il a souligné que cette cybersurveillance vise uniquement les ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec des groupes terroristes.

Si les autorités américaines reconnaissent l’existence de Prism, les géants de l’Internet concernés ont, de leur côté, été unanimes. Aucun d’entre eux ne connaît ou participe “volontairement” ou “directement” à cette collecte massive des données. Pour les Google, Facebook et autres, des révélations faisant d’eux des complices d’une opération attentatoire à la vie privée des internautes pourraient, en effet, être dévastatrices en terme d’image.
 

Première publication : 07/06/2013

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Comment les espions américains surveillent des millions de citoyens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valls part en croisade contre Internet, terreau de l’auto-radicalisation

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Un plan saoudien de cybersurveillance dévoilé par un expert américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)