Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

L'Union européenne critique la répression contre les manifestants turcs

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2013

Après huit jours de manifestation en Turquie, l'Union européenne a rappelé à l'ordre Ankara au sujet des violences policières. Pour les Européens, les protestataires ont un droit légitime d'exprimer leur opposition.

Alors que les manifestants ont occupé pour la huitième journée consécutive la place Taksim d’Istanbul, l’Union européenne (UE) a pris leur défense face au Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Les Européens ont rappelé à Ankara que les manifestants avaient un droit légitime d’exprimer leur opposition.

"Le recours excessif à la force n’a pas sa place dans une démocratie", a ainsi lancé le commissaire européen à l’élargissement, Stefan Füle, à l’attention du chef du gouvernement turc lors d’une conférence à Istanbul sur l’Europe. Il a aussi demandé une enquête "rapide et transparente" sur les violences policières qui ont émaillé les rassemblements.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a également haussé le ton contre les autorités turques, en insistant sur la nécessité "de discuter des problèmes avec les jeunes du pays" et en exigeant "qu’aucune violence ne soit exercée contre les manifestants".

Un geste d’apaisement d’Erdogan

En réponse à ces critiques, Recep Tayyip Erdogan a dénoncé "le deux poids, deux mesures" de ses voisins européens. "Dans n’importe quel pays d’Europe, lorsqu’il y a une protestation violente contre un projet de démolition de ce genre, croyez-moi, ceux qui sont impliqués subissent une répression plus sévère", a-t-il déclaré en faisant référence à la destruction annoncée du parc Gezi qui a mis le feu aux poudres.

Mais devant le Forum international auquel participait le commissaire européen à l’élargissement, le Premier ministre turc s’est aussi montré plus conciliant. Alors que la veille, il avait exigé devant ses partisans la fin immédiate des manifestations, il s'est dit aujourd'hui prêt à entendre toutes les "revendications démocratiques".

Poursuite des manifestations

Au même moment, les manifestations se poursuivaient au cœur d’Istanbul. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours réunies sur la place Taksim pour réclamer la démission de Recep Tayyip Erdogan à qui elles reprochent une mainmise du pouvoir.

"Nous ne partirons pas, a affirmé à l’AFP un manifestant. Les gens vont continuer à venir. Nous n’avons peur de rien, avant tout le monde craignait de parler, maintenant c’est fini."

Selon un dernier bilan, ce mouvement de contestation a causé la mort de deux manifestants et d’un policier. Les heurts auraient également fait 4 785 blessés en une semaine.

Avec dépêches

Première publication : 07/06/2013

  • TURQUIE

    Accueilli en héros à Istanbul, Erdogan demande l'arrêt des manifestations

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS EN TURQUIE

    Depuis Tunis, Erdogan affirme qu'il ne cédera pas face aux manifestants turcs

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Toujours mobilisés, les contestataires attendent Erdogan de pied ferme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)