Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Alger appelle les médias à cesser de focaliser sur la santé de Bouteflika

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/06/2013

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a rappelé dimanche aux médias que le gouvernement n'avait "rien à cacher" sur la santé du président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France depuis le 27 avril suite à un AVC.

Circulez, il n'y a rien à voir. Tel est, en substance, le message adressé dimanche par le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, à la presse à propos de la santé du président Abdelaziz Bouteflika. Les médias doivent cesser de focaliser sur la santé du chef de l'État, hospitalisé en France depuis le 27 avril

"Nous n'avons rien à cacher et n'avons pas à avoir peur (...) les responsables doivent travailler en toute transparence et déclarer à la presse ce qu'ils ont comme informations", a souligné Abdelmalek Sellal lors de l'ouverture d'un colloque sur la communication institutionnelle, selon un communiqué publié par l'agence de presse APS.

Le président algérien toujours en "convalescence"

Arrivé en France à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce le 27 avril, à la suite d'un AVC mineur selon les autorités algériennes, le président Bouteflika (76 ans) avait été transféré le 21 mai aux Invalides "afin d'y poursuivre sa convalescence" selon le ministère français de la Défense.

"Certains présidents se soignent en France des semaines et des semaines sans que personne n'en parle", a fait remarquer M. Sellal en évoquant la maladie du président.
"Nous sommes arrivé à un stade où même l'information officielle est démentie", a regretté le Premier ministre qui faisait allusion à des informations de presse évoquant une aggravation de l'état de santé de M. Bouteflika, malgré les assurances officielles.

Arrivé au pouvoir en 1999, Abdelaziz Bouteflika avait été réélu une première fois en 2004 puis en 2009 après une modification de la Constitution qui limitait à deux le nombre de mandats présidentiels.

Les appels se sont multipliés dans la presse en vue de l'application de l'article 88 de la Constitution sur une procédure d'empêchement du président.

Avec dépêches

Première publication : 09/06/2013

  • REPORTAGE

    Algérie : "Nous voulons des emplois, pas des aides pour handicapés"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Bouteflika a quitté le Val-de-Grâce pour un autre établissement parisien

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    La santé du président Bouteflika "s'améliore de jour en jour", selon le Premier ministre algérien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)