Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

SUR LE NET

USA : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

SPORT

Face au roi Nadal, Ferrer a-t-il une chance ?

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2013

Rafael Nadal, grand favori de la finale de Roland-Garros affronte ce dimanche son compatriote David Ferrer. En cas de succès, l'Espagnol âgé de 27 ans serait le premier joueur de l'histoire à décrocher un 8e titre sur la terre battue de Paris.

David Ferrer est le dernier homme qui puisse encore, au moins en théorie, empêcher Rafael Nadal de s’imposer à Roland-Garros et de devenir dimanche le premier joueur de tennis de l’histoire à remporter huit fois le même tournoi du Grand Chelem.

En est-il seulement capable ? Peut-être. Le moins connu des deux finalistes espagnols peut se vanter d’avoir atteint la finale du tournoi parisien, une première pour lui, sans avoir lâché le moindre set, y compris face au Français Jo-Wilfried Tsonga en demi-finale.

En six matches, il a passé moins de onze heures sur les courts, beaucoup moins que Rafael Nadal qui a dû livrer bataille pendant 4h37 lors de sa seule demie contre le Serbe Novak Djokovic, tenu pour son rival le plus sérieux.

Ferrer refuse d'être le faire-valoir de Nadal

Et David Ferrer, 31 ans, appartient à cette race de joueurs très difficiles à manœuvrer, car solides, pugnaces et endurants en fond de court, à défaut d’être toujours géniaux.

Malgré tout, ce joueur discret semble aujourd’hui réduit à camper le rôle du faire-valoir, destiné à ne pas faire trop d’ombre à Rafael Nadal sur le court Philippe-Chatrier, terrain de jeu du Majorquin depuis 2005.

Car Nadal, qui est déjà depuis un an l’homme le plus titré à Roland-Garros, est à deux doigts d’un nouveau record.

S’il devait gagner dimanche, il ferait mieux dans un tournoi du Grand Chelem que deux des plus grands noms du tennis contemporain, le Suisse Roger Federer et l’Américain Pete Sampras, chacun sacré sept fois à Wimbledon.

Et s’il devait gagner, il aurait raflé à lui seul plus de titres à Paris que les Etats-Unis et le Brésil réunis depuis 1968, l’année où le tennis est devenu un sport professionnel.

Cette année, l’ancien numéro un mondial, qui affiche depuis ses débuts une détermination de fer, est animé par une motivation supplémentaire: la volonté de regagner son trône après les mois de galère due à un genou un peu trop fragile. « Je viens de loin et j’arrive en finale de Grand Chelem. C’est vraiment quelque chose que je n’aurais pas pu imaginer il y a quelques mois », a-t-il dit samedi lors d’une conférence de presse. « Je suis donc très content, je suis ravi. »

Rafael Nadal a visiblement mal vécu ses sept mois loin des courts, entre Wimbledon et le mois de février, qui l’ont contraint à regarder à la télévision, depuis sa ville de Manacor, les Jeux olympiques de Londres ou l’US Open.

Nadal l'invincible

Quand il a repris sa raquette, au tournoi de Vina del Mar, tous les observateurs se sont posé les mêmes questions: est-il aussi fort qu’avant ? A-t-il perdu cette rage muette qui le rendait invincible en apparence ? Son genou résistera-t-il ?

L’Espagnol a répondu à sa façon, en gagnant des matches. Il n’en a perdu que deux sur les 38 qu’il a disputés avant le début de Roland-Garros, dont l’un contre Novak Djokovic en finale du Masters 1000 de Monte-Carlo, et empoché six titres.

Ce marathon sur terre battue, ponctué par un bref intermède sur dur à Indian Wells, l’a semble-t-il éprouvé. A tel point qu’il a prévu de s’accorder un peu de répit après le tournoi parisien. « Je vais me reposer », a-t-il encore dit samedi.

En attendant les vacances, il part largement favori de cette finale hispano-espagnole, la première depuis 2002, d’autant plus qu’il a souvent martyrisé son aîné depuis leur premier tête à tête il y a neuf ans.

En 23 confrontations, David Ferrer n’a gagné que quatre fois contre Rafael Nadal. Et il n’a gagné qu’une fois en 17 matches sur terre battue, la première, en 2004.

Pourtant, Rafael Nadal refuse de se présenter comme le favori. Une précaution que n’a pas prise David Ferrer en sortant du court après sa demi-finale contre Jo-Wilfried Tsonga.

« Bien évidemment, ‘Rafa’ est le favori. Mais je tâcherai de rester concentré sur tous les points, je vais me battre et je vais essayer de bouger beaucoup », a-t-il dit.

Mais Rafael Nadal est-il capable de perdre ?

Reuters

Première publication : 09/06/2013

  • TENNIS

    Roland-Garros : la reine Serena Williams

    En savoir plus

  • TENNIS

    Roland-Garros : le rêve brisé de Jo-Wilfried Tsonga

    En savoir plus

  • TENNIS

    Rafael Nadal accède à sa huitième finale à Roland-Garros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)