Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

EUROPE

À Ankara et Istanbul, les femmes donnent de la voix

© AFP PHOTO / ADEM ALTAN | Manifestation au centre-ville d'Ankara, le 8 juin 2013

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 09/06/2013

Visibles au premier rang des manifestations, les femmes turques profitent des protestations contre l’autoritarisme du gouvernement d’Erdogan pour critiquer le discours et les mesures des autorités qui les concernent au premier chef.

Alors que le mouvement de contestation en Turquie ne s’est pas essoufflé ce week-end - samedi 8 juin, des dizaines de milliers de personnes sont encore descendues dans les rues d’Istanbul, d’Ankara, d’Adana (sud) ou d’Izmir (ouest) - les femmes sont en première ligne.

Deux femmes sont même devenues les symboles de la protestation populaire, bravant la violence de la répression policière. Deux photographies – une femme à la robe rouge essuyant un jet de gaz lacrymogène, l’autre debout bras en croix devant un blindé - ont été associées à des tags, des affiches et des autocollants. Un dessin, sur lequel la femme à la robe rouge apparaît agrandie, affirme : "Plus vous nous aspergez, plus nous sommes forts".

Mais les femmes ne se réduisent pas au statut d’égéries. Elles occupent en grand nombre le parc Gezi et  la place Taksim à Istanbul, et clament haut et fort leurs revendications contre "la mentalité masculine qui fait tout son possible pour nous emprisonner dans nos foyers. Nous luttons pour vivre dans l'égalité et pour pouvoir marcher librement dans les rues et les parcs", explique l’une des manifestantes.

Suicide préconisé pour les femmes violées

Régulièrement, les autorités du pays ont envoyé des messages qui ont exaspéré les féministes turques. Le Premier ministre Tayyip Erdogan répète dans ses discours qu’une femme turque devrait enfanter trois fois. L’interdiction de porter le voile islamique à l’université, inscrite dans les lois sur la laïcité datant d’Atatürk, a été assouplie. Un projet de loi a cherché à réduire la durée légale du recours à l’avortement, de dix semaines à quatre ou six semaines – projet finalement enterré après des grandes manifestations de femmes en juin 2012. Enfin, le maire d’Ankara, Melih Gökçek, a préconisé, l’an passé, "le suicide pour la femme victime d'un viol, à la place de l'avortement".

"Les femmes sont très oppressées par ce gouvernement, parce qu'il essaie de nous remettre à la maison", explique l’une des membres du collectif féministe d'Istanbul sur France Info. "Il y a deux ans, on avait un ministère de la Femme, maintenant c'est le ministère de la Famille et des affaires sociales". Quant à l’avortement, "dans les faits c’est très difficile, puisque les hôpitaux répondent qu'ils n'en font pas", raconte-t-elle.

La présence, dans le cortège des manifestants, de femmes voilées aux côtés d’autres vêtues à l’occidentale, signifie beaucoup pour la société turque. "Les femmes sont en avance sur le reste de la population" sur ce point, affirme Deniz, assistante à l’université portant le voile, interviewée par le magazine américain "Time". “Nous savons comment co-exister.”

Première publication : 09/06/2013

  • TURQUIE

    Manifestations en Turquie : Erdogan prévient que sa patience a des limites

    En savoir plus

  • TURQUIE

    En images : la révolte de la place Taksim, un Mai-68 turc

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Reportage place Taksim : "Défendre l'héritage d'Ataturk"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)