Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

Afrique

Paris menace de contester l'élection présidentielle malgache

© AFP | Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/06/2013

La France a menacé lundi de ne pas reconnaître le vainqueur de l'élection présidentielle malgache reportée, une fois de plus, du 24 juillet au 23 août, si Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka maintiennent leur candidature.

Certaines candidatures à l’élection présidentielle ne sont pas du goût de Paris. Le Quai d’Orsay a d’ores et déjà annoncé qu’il ne "ne reconnaîtra pas" le résultat de l'élection présidentielle malgache si les trois candidats contestés "persistent à y concourir", Paris "appelle instamment Lalao Ravalomanana, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka [...] à retirer leurs candidatures" à la prochaine élection présidentielle, a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La France avait déjà fait part de sa réserve. Samedi déjà, l'ambassade de France à Antananarivo avait décidé de sanctionner les candidats indésirables en indiquant que les visas pour la France du président de la Transition malgache, Andry Rajoelina, et de sa famille avaient été suspendus.

Soutien fragile de la communauté internationale

L'élection présidentielle à Madagascar, étape indispensable au rétablissement de la démocratie, a été reportée la semaine dernière au 23 août par le gouvernement de transition mais la communauté internationale, qui dénonce le non respect de la feuille de route adoptée en 2011, menace de se retirer du processus qu'elle soutient financièrement.

D'après cette feuille de route, c'est à la Commission électorale et aux Nations unies qu'il revenait de décider conjointement du calendrier électoral.

En outre, l'ancien maire d'Antananarivo Andry Rajoelina, qui gouverne depuis 2009 sans avoir été élu, n'a pas démissionné dans les délais impartis et a renié sa promesse de ne pas se présenter.

Deux autres candidatures sont contestées par l'Union Africaine et le reste de la communauté internationale qui les considèrent comme "illégitimes": celle de Lalao Ravalomanana qui se présente au nom de la mouvance de son mari, un ancien chef dÉtat, alors que ce dernier avait également promis de se tenir à l'écart, et celle d'un autre ancien président, Didier Ratsiraka.

Avec dépêches

Première publication : 10/06/2013

  • 10e CIRCONSCRIPTION

    À Madagascar, le sort des bi-nationaux au cœur de la campagne

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Andry Rajoelina, candidat surprise à la présidentielle malgache

    En savoir plus

  • MADAGASCAR

    Toujours pas d'accord en vue dans la crise politique malgache

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)