Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

Amériques

Surveillance par la NSA : une pétition lancée pour soutenir Edward Snowden

© Capture d'écran du compte Facebook d'Edward Snowden

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/06/2013

Une pétition a été lancée dimanche sur le site de la Maison Blanche afin qu'Edward Snowden, le jeune consultant américain qui a révélé à la presse des extraits du système de surveillance de l'Agence nationale de sécurité soit "pardonné".

Une partie des Américains se mobilisent pour sauver Edward Snowden. Alors que l'avenir du jeune consultant de 29 ans, qui a livré à la presse des pans entiers du système étendu de surveillance par l'Agence nationale de sécurité (NSA), reste incertain, une pétition a été lancée pour qu’il soit "pardonné".

Mise en ligne dès dimanche 9 juin sur le site de la Maison Blanche, la pétition a d’ores et déjà recueilli un total de 13 991 signatures.

© Capture d'écran de la pétition mise en ligne sur le site de la Maison Blanche

Le soutien de l’homme au "Pentagon papers"

La pétition n’est pas la seule marque de soutien dont a pu bénéficier le jeune

consultant. Sa sortie de l'ombre a également été saluée par l'homme à l'origine de la fuite des "Pentagon papers" sur la guerre du Vietnam, Daniel Ellsberg.

Dans une tribune au Guardian, l'ancien analyste militaire a indiqué qu'il n'y avait jamais eu "dans l'histoire américaine de fuite aussi importante". Snowden "nous sauve des ‘États Stasi d'Amérique’", a-t-il écrit.

Jusqu’à 20 ans de prison

L’homme, réfugié à Hong Kong, fait actuellement l'objet d'une enquête par le gouvernement américain. Certains élus américains ont réclamé lundi son extradition. Une demande qui pourrait d’ailleurs se heurter au refus de Pékin.

"Nous devrions commencer les procédures d'extradition dès que possible", a plaidé sur CNN un membre de la commission à la Sécurité intérieure, craignant que la Chine le garde "et obtienne des informations sur ce qu'il sait de nos (programmes) dans le monde entier", a-t-il poursuivi. "Je le considère comme un transfuge", a-t-il estimé. Et d’ajouter, "si vous révélez des informations classifiées, vous pouvez encourir des peines graves. Pour ça, il pourrait être condamné à 15 [ou] 20 ans de prison".

Soutien de Ron Paul

On en sait davantage sur la vie du jeune homme. Edward Snowden semble avoir

De puissants logiciels américains démêlent des milliards de données informatiques

modestement contribué en 2012 à la campagne présidentielle de Ron Paul, un ultra-libéral farouche défenseur des libertés individuelles et de l'économie de marché.

Selon la commission électorale américaine (FEC), un certain "Edward Snowden" a donné 250 dollars à Ron Paul en mars puis en mai 2012, durant la campagne des primaires du Parti républicain, remportée au final par Mitt Romney.

La "source" sur la NSA a aussi essayé, en vain, d'intégrer les forces spéciales de l'armée américaine."Son dossier nous indique qu'il s'est engagé dans l'armée comme recrue des forces spéciales [...] le 7 mai 2004 mais a été relevé (de ses fonctions) le 28 septembre", a indiqué dans un email lundi au Guardian, un porte-parole de l'armée, George Wright. "Il n'a effectué aucun entraînement ou reçu aucune récompense", a-t-il ajouté.

Avec dépêches

Première publication : 10/06/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Surveillance d'Internet : un ancien employé de la CIA à l'origine des fuites

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Comment les espions américains surveillent des millions de citoyens

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le renseignement américain puise dans les données de Facebook et Google

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)