Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : À Rafah les habitants sont pris au piège

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques

Quand Radio-Canada devient "ICI", ça grogne là-bas

© Twitter

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 10/06/2013

Les services francophones de Radio-Canada seront bientôt identifiés sous le nom "ICI". Après 77 ans d'existence, ce changement d'identité provoque au Québec un tollé auprès du public, notamment sur les réseaux sociaux, et des employés.

“Une drôle de décision !”, “Une grosse erreur”, “Le comble de la stupidité”, "Du gaspillage d’argent". Sur Facebook, les commentaires négatifs pleuvent depuis l’annonce, le 5 juin, du changement de nom de Radio-Canada. Après près de 77 ans d’existence, les services en français du groupe audiovisuel public canadien s’appelleront désormais "ICI" dès l'automne. La Première Chaîne de télévision se transforme par exemple en ICI Télé, tandis que le site Internet radio-canada.ca devient ici.ca.

La direction du réseau d’information francophone a choisi ce nom en référence au célèbre jingle du groupe "Ici, radio-canada", prononcé traditionnellement par les présentateurs à l'antenne. Il a pour but d’unifier les 29 services offerts sur ses différents médias : radio, télévision ou Internet.  "C'est une annonce importante, car cela permet de regrouper l'ensemble de nos plateformes sous un vocable unique, le fameux mot " ICI ", et de nous distinguer dans un marché de plus en plus éparpillé", a ainsi expliqué Louis Lalande, le vice-président des Services français, dans un communiqué.

La vidéo d'annonce du changement de nom

Soupçons de vélléités indépendantistes

L'humoriste Infoman de Radio-Canada se moque du changement de nom
© http://blogues.radio-canada.ca/infoman

Mais du côté des téléspectateurs et auditeurs, ce bouleversement passe mal. Depuis cette décision surprise, c’est une véritable levée de boucliers sur les réseaux sociaux. Les internautes se demandent, non sans humour, comment les journalistes vont pouvoir expliquer dans leur direct qu’ils "sont ici, pour ICI". Le public s’émeut surtout d’une perte d’identité et d’un piétinement de l’histoire. "Il faut faire jeune : hip, hop, saute bouge. Rapide, fébrile, futile. Se créer une identification sans passé", se désole ainsi l’éditorialiste Josée Boileau dans le journal "Le Devoir". "Dire 'Ici' pour cacher Radio-Canada, c’est du botox médiatique".

Dans "La Presse", la chroniqueuse Nathalie Petrowski critique aussi cette tentative de rajeunissement de la chaîne : "Mais à quoi ont-ils donc pensé ? Qu’on pouvait d’un trait réduire en miettes 75 ans d’histoire et recommencer à neuf comme si de rien n’était avec un logo qui, dans le meilleur des cas, rime avec Pepsi ?"

Du côté des politiques, ce coup de communication est aussi mal perçu. Le ministre canadien du Patrimoine, James Moore, déplore l’effacement du terme de Canada. "J’ai dit aujourd’hui à Hubert Lacroix, le président de la SRC (NDLR : la Société de Radio-Canada), que les contribuables canadiens vont soutenir un radiodiffuseur public si et seulement si ce dernier est canadien dans son contenu, dans son appellation, et ce dans les deux langues officielles et dans toutes les régions du pays", a-t-il réagi lors de la période de questions au Parlement. Du côté anglophone, certains perçoivent même dans cette décision le symbole des velléités indépendantistes du Québec. "Le National Post" de Toronto rappelle que le Parti québécois a été fondé en 1968 par René Lévesque, un des journalistes emblématiques du groupe audiovisuel. "Radio-Canada a depuis longtemps la réputation d'être un nid de séparatistes et ce changement de nom ne peut que renforcer l'impression que c'est tout aussi le cas dans les bureaux des directeurs", estime ainsi Kelly McParland, un éditorialiste de ce journal anglophone.

Un changement à 400 000 dollars

Mais c’est en interne que la pilule a peut-être le plus de mal à passer. Les syndicats de Radio-Canada sont montés rapidement au créneau pour dénoncer la facture de cette opération. Alors que Radio-Canada a remercié 1 400 employés ces cinq dernières années et que ses crédits budgétaires ont été réduits de 400 millions de dollars, le changement de nom a coûté 400 000 dollars.

"Un relookage à 400 000 dollars pour une institution de 77 ans qui est reconnue et admirée par tous. C'est ce qu'on appelle de l'argent gaspillé. Je suis certaine que le public aurait préféré voir son argent à l'écran ou l'entendre sur les ondes de radio", a ainsi réagi Isabelle Doyon, une des représentantes syndicales.

Face à ce tollé, le vice-président de Radio-Canada a précisé que le montant de "400 000 dollars consenti à deux firmes externes qui ont travaillé à ce projet" est "raisonnable". Malgré cette tentative d’explications, les Québécois ne sont pas décidés à adopter de si tôt ce nouveau nom. Comme le résume le chroniqueur Stéphane Laporte, "Personne ne regardera ICI télé, tout le monde continuera de regarder Radio-Canada. Ça fait partie de nous".

 

Première publication : 10/06/2013

  • Québec : un système mafieux gangrène la Belle Province

    En savoir plus

  • CANADA

    Soupçonné de corruption, le maire de Montréal démissionne

    En savoir plus

  • CANADA

    Le "printemps érable" refleurit timidement au Québec

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)