Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement britannique sur le point de se désengager de la banque Lloyds

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2013

Le gouvernement britannique annoncera le 19 juin sa sortie de la banque Lloyds, qu'il détient à 39 %, selon une information du "Sunday Times". Au plus fort de la crise financière, l'établissement avait été renfloué par l'État.

George Osborne, le ministre britannique des Finances, va annoncer le 19 juin une offre publique de vente d'actions de Lloyds Banking Group, rapporte le Sunday Times sans citer ses sources.

Le gouvernement attendra en revanche pour se désengager de Royal Bank of Scotland, renflouée comme la Lloyds pendant la crise financière, ajoute le journal dominical.

L'Etat britannique détient 39% de la Lloyds et l'OPV pourrait lui rapporter jusqu'à 17 milliards de livres (20 milliards d'euros), une manne bienvenue alors que George Osborne subit un feu de critiques pour sa politique d'austérité destinée à réduire le déficit public.

Le chancelier de l'Echiquier en fera l'annonce lors de son discours annuel devant la communauté des affaires à Mansion House le 19 juin, précise le Sunday Times.

Le Trésor s'est refusé à tout commentaire dimanche et la Lloyds a fait savoir que cette question était du ressort du gouvernement.

Selon le Financial Times, citant des sources proches du dossier, le Trésor envisage de céder dans un premier temps 10% de Lloyds avant la fin de l'année.

L'action Lloyds se traite au-dessus du prix d'équilibre fixé par le gouvernement pour rentrer dans ses frais.

D'ici là, le gouvernement aura pris connaissance d'un rapport parlementaire sur les banques.

Pour RBS, la commission parlementaire sur les normes bancaires évoquera la possibilité de la création d'une "bad bank" où seraient logés ses actifs toxiques, a-t-on appris de sources politiques et financières.

Le Trésor a injecté 45,8 milliards de livres dans RBS en 2008, laissant le contribuable avec une participation de 81%.

Reuters

Première publication : 10/06/2013

  • ROYAUME-UNI

    Symbole de la crise financière, la banque Northern Rock vendue pour 875 millions d'euros

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Moody's abaisse les notes de 12 banques britanniques

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    La banque Lloyds annonce 5 000 suppressions de postes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)