Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

EUROPE

En images : la police turque reprend la place Taksim

© Mehdi Chebil

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/06/2013

La police anti-émeute turque a dispersé, mardi, les manifestants hostiles au gouvernement Erdogan qui avaient investi la place Taksim d'Istanbul pendant 12 jours. Les protestataires occupent toujours, en revanche, le parc Gezi.

Des dizaines de policiers anti-émeute ont démonté, mardi 11 juin au matin, les barricades érigées place Taksim dans le centre d’Istanbul, où se concentrent les manifestants hostiles au gouvernement du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, depuis 12 jours. Des grenades lacrymogènes ont été tirées par les forces de l’ordre, secondées par des blindés munis de canons à eau.

De nombreux jeunes se sont repliés dans les rues proches de la place et ripostaient à la police avec des lance-pierres et des cocktails Molotov, tandis que les canons à eau sont entrés en action. D’après le site d’information turc Hürriyet Daily News, au moins deux personnes ont été blessées lors d’affrontements.

Selon l’envoyé spécial de FRANCE 24 sur place, Mehdi Chebil, un camion a été touché par un cocktail Molotov et a pris feu. Un autre camion est intervenu pour éteindre l’incendie.

Objectif : "ôter les pancartes et les dessins"

Après de violents affrontements au début de la contestation, les policiers s’étaient jusqu’à présent tenus à distance du site, situé à proximité du parc Gezi où de nombreux manifestants ont également élu domicile.

Reportage : le mouvement de protestation passionne les Turcs

"On ne touchera en aucun cas au parc Gezi et à Taksim, on ne vous touchera absolument pas," a réagi mardi matin le gouverneur d'Istanbul, Hüseyin Avni Mutlu. "Notre intention est d'ôter les pancartes et les dessins sur la place. Nous n'avons pas d'autre objectif", a-t-il déclaré sur Twitter.

Plus ferme, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a pour sa part affirmé que le parc Gezi n’était pas une "zone d'occupation". "J'invite tous ceux qui sont sincères à se retirer", a-t-il lancé lors d'un discours prononcé devant les députés du Parti de la justice et du développement (AKP), quelques heures après la reprise de la place Taksim par la police. Recep Tayyip Erdogan a par ailleurs annoncé que quatre personnes sont mortes dans les manifestations en Turquie depuis le début de la révolte. "Trois jeunes et un policier ont perdu la vie dans les événements", a-t-il ainsi déclaré.

Le Premier ministre a accepté de recevoir, mercredi 12 juin, des représentants des manifestants qui exigent sa démission.

Avec dépêches

Première publication : 11/06/2013

  • TURQUIE - REPORTAGE

    Sur les barricades : "Poutine ou De Gaulle, Erdogan devra choisir"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    À Ankara et Istanbul, les femmes donnent de la voix

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Manifestations en Turquie : Erdogan prévient que sa patience a des limites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)