Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

En images : la police turque reprend la place Taksim

© Mehdi Chebil

Vidéo par Fatma KIZILBOGA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/06/2013

La police anti-émeute turque a dispersé, mardi, les manifestants hostiles au gouvernement Erdogan qui avaient investi la place Taksim d'Istanbul pendant 12 jours. Les protestataires occupent toujours, en revanche, le parc Gezi.

Des dizaines de policiers anti-émeute ont démonté, mardi 11 juin au matin, les barricades érigées place Taksim dans le centre d’Istanbul, où se concentrent les manifestants hostiles au gouvernement du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, depuis 12 jours. Des grenades lacrymogènes ont été tirées par les forces de l’ordre, secondées par des blindés munis de canons à eau.

De nombreux jeunes se sont repliés dans les rues proches de la place et ripostaient à la police avec des lance-pierres et des cocktails Molotov, tandis que les canons à eau sont entrés en action. D’après le site d’information turc Hürriyet Daily News, au moins deux personnes ont été blessées lors d’affrontements.

Selon l’envoyé spécial de FRANCE 24 sur place, Mehdi Chebil, un camion a été touché par un cocktail Molotov et a pris feu. Un autre camion est intervenu pour éteindre l’incendie.

Objectif : "ôter les pancartes et les dessins"

Après de violents affrontements au début de la contestation, les policiers s’étaient jusqu’à présent tenus à distance du site, situé à proximité du parc Gezi où de nombreux manifestants ont également élu domicile.

Reportage : le mouvement de protestation passionne les Turcs

"On ne touchera en aucun cas au parc Gezi et à Taksim, on ne vous touchera absolument pas," a réagi mardi matin le gouverneur d'Istanbul, Hüseyin Avni Mutlu. "Notre intention est d'ôter les pancartes et les dessins sur la place. Nous n'avons pas d'autre objectif", a-t-il déclaré sur Twitter.

Plus ferme, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a pour sa part affirmé que le parc Gezi n’était pas une "zone d'occupation". "J'invite tous ceux qui sont sincères à se retirer", a-t-il lancé lors d'un discours prononcé devant les députés du Parti de la justice et du développement (AKP), quelques heures après la reprise de la place Taksim par la police. Recep Tayyip Erdogan a par ailleurs annoncé que quatre personnes sont mortes dans les manifestations en Turquie depuis le début de la révolte. "Trois jeunes et un policier ont perdu la vie dans les événements", a-t-il ainsi déclaré.

Le Premier ministre a accepté de recevoir, mercredi 12 juin, des représentants des manifestants qui exigent sa démission.

Avec dépêches

Première publication : 11/06/2013

  • TURQUIE - REPORTAGE

    Sur les barricades : "Poutine ou De Gaulle, Erdogan devra choisir"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    À Ankara et Istanbul, les femmes donnent de la voix

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Manifestations en Turquie : Erdogan prévient que sa patience a des limites

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)