Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

Afrique

Les trois Femen condamnées à quatre mois de prison ferme

© AFP | L'arrestation des trois Femen, le 29 mai

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/06/2013

Les trois Femen, deux Françaises et une Allemande, incarcérées depuis le 29 mai en Tunisie pour avoir manifesté seins nus devant le tribunal de Tunis, ont été condamnées mercredi à quatre mois de prison ferme, a indiqué leur avocat.

Elles paient le prix fort pour avoir défilé seins nus le 29 mai à Tunis. Les trois Femen, deux Françaises, Pauline Hillier et Marguerite Stern, et une Allemande Josephine Markmann, ont écopé de quatre mois de prison ferme, mercredi 12 juin. Les trois militantes féministes - emprisonnées depuis leur arrestation fin mai - ont été

Paris regrette la sévérité de la peine des trois femen

La France "ne peut que regretter la sévérité de la peine" rendue mercredi par la justice tunisienne à l'encontre de trois activistes européennes du groupe Femen, dont deux Françaises, condamnées à quatre mois de prison ferme pour avoir manifesté seins nus à Tunis.

"Alors que nous espérions une mesure de clémence, nous ne pouvons que regretter la sévérité de cette peine", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. (AFP)

condamnées par un tribunal tunisois, pour acte de "débauche" après avoir défilé seins nus en soutien à la Femen tunisienne Amina Tyler, elle-même incarcérée depuis le 19 mai.

"Le juge a condamné les trois Femen à quatre mois et un jour de prison ferme pour atteinte aux bonnes mœurs et à la pudeur", a indiqué un de leurs avocats, Souhaib Bahri.

"On est très en colère"

À l'annonce du verdict, la dirigeante de Femen, Inna Shevchenko, a dénoncé le "caractère dictatorial" de la Tunisie, depuis Paris. "On est très en colère après ce verdict très dur et nous allons poursuivre nos actions en Tunisie, nous les préparons déjà, nous allons les élargir, les multiplier. On ne va pas arrêter", a-t-elle encore martelé.

Les trois condamnées ont toujours revendiqué leur geste comme une action politique. "Dévoiler nos seins n'est pas pour créer une excitation sexuelle mais il s'agit d'une forme de militantisme", avait déclaré l'une des Françaises, Marguerite Stern.

Mais plusieurs associations islamiques - qui avaient demandé à se constituer partie civile lors de ce procès - n’y ont vu qu’un outrage à la pudeur. Ils ont dénoncé avec véhémence leur action dans ce pays musulman dirigé par le parti islamiste Ennahda. "Une femme libre préfère être affamée que de manger grâce à ses seins", avait d’ailleurs déclaré un avocat de l’une de ces associations.

Les Femen ont été arrêtées le 29 mai dernier à Tunis après avoir manifesté seins nus

Visite de François Hollande à Tunis début juillet

De son côté, l'avocat français des Femen, Me Patrick Klugman a exprimé sa consternation. "Je prends acte avec consternation de cette décision alors que l'infraction n'était pas constituée", a-t-il déclaré.

"C'est une condamnation extrêmement lourde. C'est une atteinte grave à la liberté d'expression, pas seulement pour ces filles, mais pour la liberté d'expression en général", a-t-il souligné. Me Klugman n'avait pas fait le déplacement à Tunis pour le procès car, selon lui, les "droits de la défense [n'avaient] pas été garantis".

Il avait également souligné que si les militantes n'étaient pas remises en liberté, il viendrait "immédiatement à Tunis pour amplifier la mobilisation internationale [en faveur des Femen]". Et ce, alors que le président français François Hollande prépare une visite à Tunis début juillet.

Avec dépêches

Première publication : 12/06/2013

  • JUSTICE

    Tunisie : les avocats des trois Femen craignent un report du procès

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis : les trois Femen qui ont manifesté seins nus seront jugées le 5 juin

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Trois Femen européennes réclamant la libération d'Amina arrêtées à Tunis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)