Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

EUROPE

Parc Gezi : "Erdogan essaie de nous monter les uns contre les autres"

© Mehdi Chebil / France 24

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Le parc Gezi à Istanbul s’est transformé en véritable camp retranché, dans la nuit de mardi à mercredi, alors que les affrontements continuaient de faire rage sur la place Taksim voisine. Reportage aux côtés des "indignés" turcs assiégés.

Les "indignés" turcs retranchés dans le parc Gezi, à Istanbul, sont sur les dents. Alors que les nuages de gaz lacrymogènes se faufilent entre les tentes au gré des vents, les campeurs, exténués, craignent que les affrontements incessants entre policiers et manifestants sur la place Taksim adjacente ne soient que le prélude à leur expulsion.

"Après l’arrivée des policiers place Taksim, nous avons vu venir dans le campement des personnes que nous n’avions jamais vues auparavant. Ils étaient très virulents et on sentait qu’ils étaient là pour provoquer et donner une excuse à la police de pénétrer dans le parc", confie à FRANCE 24 Dinçer, un "indigné" de 27 ans installé dan le parc Gezi depuis presque deux semaines.



L’idée selon laquelle des agitateurs à la solde du pouvoir ont déclenché les affrontements avec les forces de l'ordre est très répandue parmi des campeurs encore sonnés par la reprise de la place Taksim. Amers, les "indignés" sentent que le piège du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est en train de se refermer sur eux.

De Woodstock au camp retranché

Erdogan doit rencontrer des représentants de la place Taksim
Les tentatives de préserver le caractère non violent du mouvement ont rapidement tourné court et de nombreux "indignés" soutiennent les manifestants qui se battent contre les forces de police à proximité du parc Gezi.

"Ce gouvernement est incroyablement vicieux, il essaie de nous monter les uns contre les autres", s’indigne Aysel. Cette jeune cadre d’import-export met un point d’honneur à troquer son tailleur contre un casque de chantier et un masque à gaz pour rejoindre chaque soir le parc Gezi.

"Tout ça fait partie d’un plan du gouvernement visant à nous présenter comme des dépravés sexuels alcoolisés. Mais le fait qu’Erdogan fasse dix discours par jour montre surtout qu’il est réellement effrayé par notre mouvement", ajoute la femme de 26 ans dans un anglais parfait.

Le brusque passage d’une ambiance Woodstock à une atmosphère de camp retranché n’a pour l’instant pas fait déserter la jeunesse occidentalisée qui représente le fer de lance du mouvement. Mais sa détermination promet d’être mise à rude épreuve dans les jours qui viennent.

 

Première publication : 12/06/2013

  • TURQUIE

    Nouveaux affrontements place Taksim entre policiers et manifestants

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan ne montrera "plus aucune tolérance" envers les protestataires

    En savoir plus

  • TURQUIE

    En images : la police turque reprend la place Taksim

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)